mardi, juillet 23, 2019
Home Dans le vif Évenements UN INCONTOURNABLE DE VOTRE FIN D’ANNEE : LA COURSE DU BOUT DE L’AN A BAYONNE.

UN INCONTOURNABLE DE VOTRE FIN D’ANNEE : LA COURSE DU BOUT DE L’AN A BAYONNE.

0
UN INCONTOURNABLE DE VOTRE FIN D’ANNEE : LA COURSE DU BOUT DE L’AN A BAYONNE.

Le Pays Basque est bien connu pour ses traditions, sa culture, sa forte identité, sa langue, ses coutumes, sa monnaie, ses montagnes, son océan et ses fêtes locales, bref un beau patrimoine. C’est de ce savant mélange qu’est née la course du bout de l’an

En 2000, Fabien Carassou et ses potes, de l’association bayonnaise Pharineak, ont décidé d’organiser une course pour le 6èmejour des fêtes de Bayonne. Là, vous vous dites que l’article commence très mal, que je n’ai pas encore décuvé car les fêtes de Bayonne durent 5 jours seulement. Pour le commun des mortels oui, mais pour un Basque non ! Ce 6èmejour a été créé pour le 31 décembre afin de finir l’année en beauté.  Maintenant que je vous ai récupéré, que vous n’en revenez pas (pouah un 6èmejour c’est énormissime!) je continue.

Cette course dans les rues du cœur de la ville, attire au départ 372 participants, ce qui n’est pas si mal ! Puis le nombre de coureurs augmente très rapidement d’années en années pour atteindre un record de 3 150 en 2016. 

Comment expliquer cet énorme engouement populaire? WonderTrail a voulu en savoir un peu plus, c’est donc sur une terrasse bayonnaise, autour d’un perrier (ben oui on est des sportifs) que j’ai rencontré le président de l’Aviron Bayonnais Athlétisme Kaiet Etchart et les co-organisateurs de la course Iban Larrandaburu et Magali Dogna afin de creuser le sujet. Vous allez me dire pourquoi l’Aviron Bayonnais ? Tout simplement car en 2002 l’organisation de cet évènement revient à l’Aviron Bayonnais, la majorité des organisateurs faisant partie de ce club de course à pied.

De nos jours on peut courir absolument partout et le Pays Basque regorge de terrains de jeux différents : sable, montagnes, terre, forêts, cailloux, rochers, pistes… On y retrouve donc tous les types coureurs, mais malgré toutes leurs différences ils ont un point commun : la fin de saison. Le mois de décembre annonce souvent la fin des épreuves et des courses en tous genres, donc des coupures sportives. Beaucoup de coureurs profitent de cette période pour récupérer, reposer leur corps et refaire le plein d’énergie.

C’est là le premier point magique du choix de la date ! Sur cette course tous les profils de coureurs sont représentés (traileurs, runners, pistars…) forcement il n’y a rien d’autre à faire. Mais on ne retrouve pas que les adeptes du cardio, du don de son corps à une course. Entre Noël et le 31 tout le monde est en famille, et du coup ils viennent ensemble participer à cet évènement. C’est devenu une course festive populaire où se mélange sur la ligne de départ : jeunes, anciens, coureurs du dimanche, élite, amateurs ou tout simplement ceux qui ne courent qu’une seule fois par an, ici. Les adeptes de cette sortie viennent de plus en plus loin comme d’Espagne, de Bordeaux, Toulouse.

Le parcours permet de découvrir ou redécouvrir le centre-ville bayonnais, avec un tracé abordable par tous, qui varie selon les années et les aléas des travaux. Participer à cet évènement ne permet pas seulement de se purger de la grosse dinde de noël aux marrons ou autre confits avec frites, sans oublier les apéros tapas, le chocolat pour fêter le barbu. Vous pratiquerez ainsi une élimination sélective, sans trêve hivernale, permettant d’aérer votre bide afin de faire la place à tous les excès qui arrivent pour le 31. 

Mais en arpentant les rues Bayonnaises ce jour-là vous effectuerez un bon geste. Depuis la création une partie de l’inscription est reversée à une association caritative. Cette année ce sera Handisport Pays Basque qui recevra 1 euro sur chaque dossard. Et d’ailleurs comme chaque année sur la ligne de départ seront alignées les fameuses joelettes avec leurs porteurs.

Forcement qui dit Pays Basque dit langue Basque, une des plus vieilles langues vivantes au monde. Depuis toujours, mais surtout en ce moment, plusieurs actions sont menées afin de continuer à conserver ce trésor. Du coup la totalité des pubs, consignes, règlement, annonces… seront écrit en Basque et Français.

Vous l’aurez compris cette course rassemble énormément de monde sur 10 km, l’organisation a dû évoluer, s’adapter face à cet engouement. Il y aura 6 SAS de départ permettant de fluidifier la course. Vous choisissez votre sas selon votre niveau, l’intervalle de départ est de 2 minutes entre chaque sas. Mais qui dit plus de coureurs dit aussi plus de déchets, les organisateurs tendent à obtenir, dans un futur très proche, une course écoresponsable, cependant ils arrivent déjà à maintenir ce parcours impeccablement propre.

Il ne faut pas oublier le côté festif, sur la ligne d’arrivée ils ne vous lâcheront pas aussi facilement, un petit ttiap est prévu. Au chaud, dans le gymnase Robert Caillou vous pourrez boire un verre de punch offert avec le dossard, ou boire des bières au comptoir accompagnées de taloa xingar ou chipo. Un super moment de partage pour clôturer en beauté.

Attention aucune inscription le jour de la course, tout se fait en ligne et dépêchez-vous car les places partent comme des petits pains. Les packs coureurs (dossard, t-shirt, bons de réduction endurance shop) sont à récupérer chez le partenaire, indétrônable, des courses en Pays Basque. Comment ça qui ? Endurance Shop Pays Basque bien entendu ! Ce magasin où vous serez accueillis par Julien qui est là pour vous conseiller systématiquement avec un professionnalisme exemplaire.  

Comme souvent, une reconnaissance du parcours aura lieu. Ce sera lors de la traditionnelle full moon (voir nos précédents articles pour en savoir plus sur full moon) organisée par Jérôme Loups le vendredi 21 Décembre à 20h). 

“C’est une course que j’apprécie particulièrement, on y croise beaucoup de têtes connues dans une ambiance festive de folie ! Tout le monde y trouve sa place, même les enfants auront leur course. Donc rendez-vous le dimanche 30 décembre avec votre bonne humeur pour un départ à 10h.” 

Crédits photos et vidéo Cédric Pasquini

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

ut at nunc Nullam neque. lectus in eleifend consectetur leo