Retour sur une 30ème édition épique de la 6000D par Delphine!

Cette édition anniversaire aura été marquée par un temps très pluvieux et glacial, rarement vue lors de l’épreuve. Différente de l’édition précédente qui s’est déroulée sous la chaleur et les orages.

Nombreux sont les coureurs à avoir souffert de ces températures automnales puis hivernales, (Un ressenti de -5 au glacier) et en avoir payé un lourd tribu. Rarement le nombre d’abandons et de hors délais aura été aussi important : plus de 400 abandons et hors délais, un peu plus de 1300 finisher sur plus 2000 inscrits, 300 n’avaient pas souhaité faire le déplacement car Il pleuvait et un épais brouillard couvrait Aime et la montagne.

La 6000D est un événement mythique de la région qui est organisée depuis 1990 ! C’est donc une année d’anniversaire, les 30 ans!!!

Récit de ma 6000D 2019, et si je vous parlais de mon abandon….

Allez s avoir pourquoi, je me sentais plutôt bien et confiante avant le départ de cette 6000d, même si bien sûr, réalisme oblige, je savais qu’il serait difficile avec le temps qui m’attendait. J’adore le profil de terrain, même si je n’ai guère l’occasion de m’y entraîner sachant que j’habite la région parisienne, le mental et les jambes étaient prêts à affronter “La course des géants“.

La semaine avant le départ de Paris pour me rendre à la Plagne, je scrutais chaque jours la météo qui changeait sans arrêt. De la canicule, j’allais me confronter à des températures froides accompagnées de pluie et de neige.

Le remplissage de mon sac changeait littéralement le jeudi, il fallait impérativement du chaud du chaud .

Des gants, chaussettes étanches et chaudes, cape de pluie, leggin mis long, première couche, deuxième couche, bonnet, buff……bref, çà sentait l’aventure fraiche et humide. Alors qu’une grosse partie de la France brulait encore d’un soleil caniculaire la semaine avant la course; les coureurs de la 6000D ont affronté le jour J, des conditions météorologiques aussi bien automnales qu’hivernales.

Avec un départ de nuit à 5 heures du matin, les frontales ont continué de briller à travers un brouillard à couper au couteau, une pluie continue et des températures qui chutaient au fur et à mesure de l’ascension, pour devenir glaciales en au haut du glacier.

Peu avant le départ, le briefing intervenait et annonçait que le temps était très médiocre et qu’il fallait s’attendre a de la pluie continue et des chutes de températures. Soyez prudents et prenez du plaisirs.

Enfin, le départ est donné sous une pluie fine accompagnée de fumée car pour son 30me anniversaire, la fête était de la partie. Je me vois après multiples vérifications, enlever de mon sac, chaufferettes et pantalon Kway!!! Quelle erreur…….

le jour J:

Les 1700 trailleurs étaient donc lâchés et l’aventure pouvait enfin commencer. Les coureurs sont groupés avant qu’intervienne la première grimpette sur un terrain gras et boisé. Quelques embouteillages mais rien de très grave, cela permettait de récupérer tout en étant en marche très active.

Après 1h35 de course et 8 km , traversée de 2 hameaux Longefoy et Montalbert et déjà du monde pour encourager et pousser les coureurs, malgré la pluie et le brouillard ….

Nous attendait ensuite une grosse bosse jusqu’à Aime La Plagne 2100 , une piste noire à remonter, 3km et 450m de D+, avant de profiter, enfin, de la 1 ère descente depuis le départ pour rejoindre le premier ravitaillement à La Plagne au km 20 et 3h10 mn de course. Les bénévoles étaient au petit soin: sourires, encouragements.

Ils font le nécessaire pour nous: les tables sont bien remplies et copieuses, du sucré, du salé et différentes boissons. Je repars au bout de 10min en ayant pris le soin de bien fermer mon imperméable et de bien me couvrir au niveau de la tête et du coup car je sentais que la température chutait….

Dans ma tête je ne cessai de me dire: jusqu’ici tout va bien….. Il y aura trois ravitaillements solides et deux points d’eau sur l’ensemble du parcours, mais je ne les connaitrais pas tous…..

Une nouvelle grimpette jusqu’à la fromagerie de Plagne soleil et le début du parcours en commun avec les coureurs du trail des 2 lacs partis à 08H30 depuis Plagne Bellecôte nous attendaient .

Arrivait au km 14 en 2h20 avec le passage dans la piste olympique de bobsleigh, montée de 1,5 km en musique; des supporters au taquet; tout allait super bien, les jambes déroulaient, je souriais, le mental était au top même si je ne voyais rien à cause de ce brouillard épais, la pluie ne me dérangeait pas, j’étais protégée.

go, g , go…..

Nous sommes a 2700m d’altitude, le froid prend le dessus, je décide de l’en empêcher en me changeant dans l’un des contenaires de ravitaillements.

Les bénévoles et secouristes étaient frigorifiés, le vent et la pluie nous perturbaient énormément limitant les gestes et les paroles!!! a ce moment la, je tremblai de partout, mes muscles étaient tétanisés par le froid, le syndrome de Raynaud s’invite et là, c’est le déclin!!!! Une secouriste m’aide a me changer, à m’habiller, à me faire boire la soupe car je tremblais tellement que je ne pouvais tenir le bol de soupe.

Après être bien protégeait: cape de pluie installée, gants aux mains, de la nourriture chaude et froide dans le ventre, mon corps ne se calmait pas!!! L’hypothermie a pointé son nez, mais pas catastrophique…..La secouriste me parle, elle me refait boire une soupe bien bien chaude et me dis, je vous sens bien, motivée et déterminée, elle valide ma suite, j’étais heureuse d’entendre ça!!

Je repars donc après ces 35min d’arrêt. Yes!!!!!

Cette montée je ne l’oublierai jamais!!! On y voyait rien, on pouvait a peine soupçonnait les coureurs qui étaient en descente du glacier! Je les enviais!!

Pluie toujours et encore, les cailloux nous taquinaient sous nos chaussures, la vigilance était au plus haut….. Mais je m’endormais sur mes bâtons, je tremblais toujours et le froid me ralentissait de partout….. Une souffrance!! Le mental prenait grave le dessus pour que j’avance.

Je me répétais encore cette phrase pour me rassurer et me motiver : jusqu’ici tout va bien…. Une autre pensée envahissait mon esprit: pourquoi j’ai pas pris les chaufferettes et ce foutu pantalon K-WAI ?????

Pénible ascension ou je ne voyais rien sauf les chaussures d’un traileur devant moi qui avançait. Petit embouteillage jusqu’au col de la Roche de Mio au km 27 avec un brouillard de + en + dense, de la pluie encore et toujours et une température vraiment froide qui me tétanisait littéralement. Après 6h32 de course, j’arrive au glacier a 3050m d’altitude, la délivrance!!!

Il pleuvait de plus en plus mais cette pluie était en faite de la glace qui fouettait!!! Pour des raisons de sécurité les familles, supporters étaient contraints à redescendre à Plagne 2000.

Le ressenti était de -5 degrés avec ce vent!! Je me précipite dans le refuge, ou un monde fou était agglutiné tremblotant de tout leur corps!! Je me change encore, mais je ne pouvais plus lutter, elle avait pris le dessus!!

Un secouriste prend ma température: 34, 6!!! Pas bon il me dit! Je décide de rester au chaud, j’étais large au niveau de la barrière horaire (presque 2 h). J’essaie de me détendre et de me concentrer mais rien à faire; mon corps était en mode “Fou moi la paix“!!!

Après 1h10 dans cette pièce ou j’ai vu plein d’abandons et des gens pleuraient, je prends la décision d’abandonner à mon tour…..pas facile mais réaliste! Comme je le disais, l’abandon provoque des sentiments complétement différents du plaisir de la ligne d’arrivée. Il faut plusieurs facteurs pour abandonner, ne jamais prendre à la légère son abandon et y réfléchir avant de se précipiter.

Un abandon trop rapide est toujours source de regrets quelques heures plus tard. Mon abandon est très bien réfléchi et surtout je ne me suis pas mis en danger! frustrant mais sagement réfléchi! 30 min après mon abandon, je prends les télécabines du glacier pour redescendre, toujours en tremblant! Mon hypothermie aura durée plus de 6h.

Je me dis et m’encourage à la refaire cette 6000D, car finalement, c’est la course des géants et je suis une géante, qui a appris avec cette édition. A l’année prochaine!!

Résultats de la 6000d

RÉSULTATS FEMMES

  1. Mimmi KOTKA
  2. Jennifer LEMOINE
  3. Flavie BRUYNEEL

RÉSULTATS HOMMES

  1. Martin KERN
  2. Jarno LEGROS
  3. Aurélien COLLET

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here