800 km pour 54 km de D+ : le monstre Luca Papi est de retour pour un été de folie

Vous vous rappelez du défi fou réalisé par Luca Papi en début d’année ? Oui, on parle bien de l’enchaînement des deux courses de la Transgrancanaria pour 400 km et 20 km de D+. Eh bien, n’étant jamais rassasié, il a trouvé de quoi s’occuper à nouveau…

Vous vous demandez ce qu’il encore imaginé ? On vous dit tout.

Luca a en effet un programme bien chargé pour cet été. La semaine dernière, il était sur l’Ultra Marathon Beira Baixa au Portugal (281 km) où il termine d’ailleurs à la troisième place. Après cela il s’octroie 3 semaines de vacances (plutôt 3 semaines sans ultra) en gardant un bon rythme d’entraînement pour ce qui l’attend… Après ces 3 semaines, ça commence à se corser…

Vous voulez des chiffres ? Voilà de quoi vous régaler :

  • 3 Ultra (sans compter celui au Portugal ni un autre trail de 56 km qu’il fera histoire de rester dans le rythme entre 2 autres…)
  • 800 km en distance totale (un bon Paris – Marseille)
  • 54 240 de D+ (oui, oui)
  • Sur une durée de 24 jours (le temps qu’il faut à la plupart des participants de l’UTMB pour marcher normalement à nouveau)
  • Luca
  • 2 jambes seulement

Le 23 Août, il commence son périple par les 144 km et 11 100 m de D+ de l’Echappée Belle. Jusqu’ici, tout est normal. Sauf que, environ 4 jours après, rendez-vous au départ de la TDS pour à nouveau parcourir 145 km avec 9 100 m de D+. Déjà de quoi en mettre plusieurs en arrêt de travail pour un moment…

Évidemment, Luca s’est rendu compte qu’il pouvait s’inscrire à d’autres courses, du coup, 2 jours après la TDS, le 31 août, direction l’Alsace pour l’Ultra Trail du Haut-Koenigsbourg, « petite récup’ de 56 km pour garder les jambes en mouvement » avant de partir le week-end d’après sur… le Tor des Glaciers : 450 km pour 32 000 de D+… oui oui, donc un total de kilomètres assez colossal, mais bon pour Luca rien d’impossible !

On en profite d’ailleurs pour vous dire qu’il sera présent à l’UTMB pour donner une petite conférence sur sa préparation pour les Ultra et pour répondre à toutes vos questions, rendez-vous ici pour rejoindre l’évènement !

Pourquoi cet incroyable été ?

« En général on les met dans le calendrier sur plusieurs années ». Oui, il reconnaît que son été est fou, autant de courses en un aussi petit lapse de temps, ce n’est pas banal. Alors, pourquoi ? Car il le peut, tout simplement, et qu’il n’a pas besoin de choisir cette fois. Car oui, lors de son aventure sur la TGC il expliquait que le plus dur est de choisir entre les courses qui sont en même temps

La gestion des courses

Son objectif est de faire un bloc complet de toutes ces courses et de les finir dans de bonnes conditions. C’est pour cela qu’il réalisera l’Echappée Belle, la TDS et l’Ultra Marathon en tant qu’ « entraînements pour le Tor » et donc « pas à son maximum » (on ne lui en veut pas)… En ce qui concerne le Tor, il nous dit : « Je peux faire une belle course, c’est une course qui peut me convenir, c’est très long et au GPS, des choses que je connais, ça peut être sympathique ». Vous avez bien compris, il pourrait y avoir un coup à jouer.

Pour l’entre-course, il a prévu de rester dans un refuge à 3000 m à Chamonix pendant quelques jours après l’Echappée Belle. Histoire de s’acclimater à l’altitude pour la TDS et de rester en jambes en continuant à sortir, d’où l’intérêt d’emmener tous ses Ultra Carrier Shirt (on ne vous raconte pas le Race Pack à prévoir avant son périple). Selon lui, « il ne faut pas arrêter de courir, il faut garder les jambes en mouvement car le risque est de se reposer plusieurs jours et d’avoir du mal à repartir ». Après la TDS, il aura 2 jours de repos avant d’enchaîner sur l’Ultra Trail du Haut-Koenigsbourg (56km), « pour m’obliger à courir un petit peu » dit-il, et il y aura 6 jours ensuite avant le fameux Tor des Glaciers.

La phase de préparation

Vous vous demandez certainement quel type de préparation folle il doit faire pour ces échéances…

Roulement de tambour…

Eh bien, rien d’inhabituel. Seulement les 25 km par jour, Ultrabag Pro sur le dos, pour aller au boulot, suivi de quelques sorties et randonnés par ci par là. L’Échappée Belle et la TDS entrent donc dans sa phase de préparation pour le Tor… Phrase qu’on n’entendra pas souvent à Chamonix fin août…

Propos recueillis par WAA sur https://www.waa-ultra.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here