dimanche, août 25, 2019

    L’EUSKAL TRAIL – Le rendez-vous incontournable du Pays Basque, mais en joëlette!

    0
    L’EUSKAL TRAIL – Le rendez-vous incontournable du Pays Basque, mais en joëlette!

    Les amateurs de trail cochent toujours 1 an avant la date de l’Euskal trail. Pour ceux qui ne connaissent pas cette magnifique fête je vous conseille de venir y participer un jour. L’Euskal trail se déroule toujours lors pont de l’Ascension, et se passe sur 2 jours. Il est organisé dans le village de Baigorri et dans toutes les vallées alentour. Mais ce trail a vraiment une saveur particulière, il se passe dans de tous petits villages, au fin fond du Pays Basque, et pourtant chaque année plus de 3000 coureurs (3097 en 2018) se retrouvent dans les 6 épreuves proposées.

    Tous les traileurs trouvent leur bonheur, vous y trouvez:

    • Le Neska trail: 8km course seulement féminine en binôme,
    • L’Iluna trail : 27km D1500 de nuit en binôme,
    • Le Trail gourmand: 2*25km D2500 en binôme,
    • L’Euskal trail : 2*40km D4000 en binôme,
    • L’Ultra trail : 130km D8000 en solo ou binôme,
    • Sans oublier le Ttiki trail: 1, 2, 3, 6km qui a rassemblé pas loin de 130 enfants l’année dernière.

    C’est une énorme fête qui commence le jeudi avec les enfants et se termine le samedi soir, dans ce village typique de 1 500 habitants. Quand on connait les trails nationaux, il y a des villages de partenaires, des tentes partout, des marques omniprésentes, ici rien, cela reste simple. Vous allez trouver la tente du partenaire local, Endurance Shop Pays basque et souvent d’une marque invitée. Les autres tentes sont : le ravito final, la tente des repas et les tentes des collations liquides plutôt mousseuses à éviter avant la course.

    Bref vous l’aurez compris ce trail, énorme en terme de participation et d’organisation, reste à l’échelle humaine malgré ses 409 bénévoles, 265 km balisés dans les montagnes. D’année en année de plus en plus de coureurs viennent s’y inscrire, les places partent comme des chocolatines, et non pains au chocolat, non mais ! Pour preuve les places sur le 2*25 et le 2*40 et le 27 partent en 8 minutes !

    L’EUSKAL TRAIL

    Tout est réglé comme du papier à musique grâce aux 68 adhérents de l’euskal raid (association  affilié à la FFA) tenues d’un « main de maitre » par Pantxika, Christian, Philippe et bien d’autres. Cette course, à démarche écoresponsable,  qui existe depuis 1997 mobilise énormément autour de cet évènement. En effet les mairies, les commerces, les agriculteurs, les gendarmes, les bénévoles, les particuliers, les associations et bien d’autres encore participent à leur manière pour que cette course puisse se dérouler, comme tous les ans, dans les meilleures conditions. Cette organisation est d’ailleurs sans faille, chaque année les personnes sont enchantées de passer ces quelques jours de course festive.

    La proximité des villages, les repas organisés, les logements, hôtels ou campings proches font que les coureurs « vivent ensemble » pendant ces jours. Mais attention je parle de fête, je dirais même de grande fête mais n’oubliez pas que cela reste de la course de montagne, avec de gros dénivelés, il faut savoir se gérer. Le 2*40, par exemple, veut dire que vous courez 40 km le vendredi et 40 km le samedi, ce n’est pas rien. Donc il faut passer un bon moment en pensant au lendemain. Mais pour vous donner du courage vous aurez toujours les bénévoles qui sont là pour vous encourager, toujours avec le sourire et un petit mot sympa, c’est comme ça au Pays Basque. N’oubliez d’ailleurs pas de leur glisser un mot gentil, car si vous courrez 2*25 ou plus, eux sont là durant des dizaines d’heures afin que vous ayez toujours à boire ou manger pour repartir de plus belle. Et c’est eux aussi qui ont tout préparé, découpé avant le jour J. Et je peux vous garantir qu’ils sont, sans exception,  toujours de bonne humeur et répondent toujours présent.

    Maintenant que vous vous dites que l’année prochaine vous allez vous inscrire, et que vous en salivez déjà, parlons de cette fameuse joelette qui est le sujet de l’article. Pour ceux qui ne connaissent pas la joelette, c’est un « chariot » de transport permettant de porter une personne pendant des courses. Constituée le plus souvent d’une roue, elle permet de passer des passages difficiles et étroits.

    L’EUSKAL TRAIL

    Cette année une traileuse a décidé de monter une joelette sur le trail gourmand. Autant dire que porter une personne sur 2*25 avec un dénivelé de 2500 cela ne sera pas de la tarte. Et pourtant elle a très très vite trouvé des traileurs souhaitant participer à cette opération. J’ai réussi à la rencontrer pour lui poser quelques questions pour Wondertrail. Ça n’a pas était facile car c’est une fille discrète qui n’aime pas la lumière des projecteurs, mais elle l’a fait, je l’en remercie. Tous les traileurs que je connais, qui s’entrainent avec elle parle d’une fille : sympa, nature, vraie, souriante, déterminée, presque marrante, agréable, gentille en j’en passe. Bref il n’en ressort que des gentillesses à son égard.

     

    WT : Salut Laurie et merci de m’accorder un peu de ton temps, peux-tu te présenter en quelques mots ?

    LM : Je m’appelle Laurie Mariani, j’ai 25 ans, je viens de Bayonne et depuis toujours j’aime énormément la montagne en général : randonnées, ski de rando, trails… Je rigole beaucoup et souvent. Je voue un amour démesuré au reblochon, aux pommes de terre, mention spéciale pour les frites et les chips.

    WT : Depuis quand et comment t’es-tu mise au trail ?

    LM : J’ai toujours aimé marcher en montagne, je faisais de l’athlétisme depuis 10 ans déjà quand Jérôme Loups (personnage incontournable du trail Basque, que vous avez découvert lors d’autres articles Wondertrail) a ouvert la section trail de l’Aviron Bayonnais, il y a 4 ans. C’est donc assez naturellement que j’ai rejoint la section trail. Mais je ne suis assidue aux entrainements et sorties que depuis 1 an et demi. Je n’ai jamais eu un grand esprit de compétition.

    WT : Tu t’entraines donc souvent maintenant ?

    LM : Oui!!! Enfin, pour moi je trouve que c’est très souvent. Entrainements spécifiques le mardi et le jeudi (Côtes, fractionné…), footing le mercredi, et une sortie montagne le week-end.

    WT : Venons-en à cette fameuse joelette, pourquoi avoir décidé de la monter pour l’euskal trail?

    LM : J’avais déjà participé à des courses en joëlette mais sur la route. L’an dernier lors de la Skyrhune, j’accompagnais une copine, on était sur la crête en montée, il faisait 40°C, on manquait d’eau, on était vraiment dans le dur. Et là, la révélation : on a doublé une joëlette, je te jure le mec dedans devait peser 80-90kg, le chemin était étroit et technique, la côte hyper raide, et les mecs de l’équipe, ils étaient heureux!!! Et c’est là que je me suis dit que je voulais faire la même chose. J’ai décidé de monter moi-même mon projet car j’avais une idée bien précise de ce que je voulais : avec une seule équipe et sur une seule course, faire profiter de la joëlette à un maximum de personnes. Voilà pourquoi l’Euskal Trail : cette course sur 2 jours et la découpe du parcours permettent de prendre en tout 4 personnes avec nous, les unes après les autres. J’ai contacté l’association L’Autruche sur un fil de soie car je connaissais quelqu’un pour la joëlette, puis j’ai cherché des volontaires pour pousser. Enfin l’Euskal Raid pour les autorisations, tout le monde s’est montré extrêmement bienveillant.

    WT : 50km en 2 jours pour un dénivelé de 2500m, c’est costaud en joelette comment appréhendes-tu cela? Combien êtes-vous?

    LM : Hyper détendue, c’est des pâtes au beurre! Non pour de vrai j’appréhende, j’espère que le temps sera agréable, qu’il nous restera du jus pour apprécier la seconde journée et surtout que ce sera un bon moment pour les personnes dans la joëlette. Nous sommes 12 le but était d’avoir une équipe de 10 donc ça fait des bras et jambes en plus le samedi quand on sera crevés.

    L’EUSKAL TRAIL

    WT : Comment va se passer la course? Combien de personnes transportées?

    LM : La course est sur deux jours, 2*25km, qui se dérouleront exactement pareil que les binômes partant en même temps. Pour chaque jour, il est prévu de: Démarrer d’Urepel à 8h30. Une première personne monte alors dans la joëlette jusqu’à Banka (Banka est un point stratégique, c’est le milieu du parcours et le ravitaillement est dans le mur-à-gauche, au sec). Nous y serons entre 11h et 11h30. La première personne descend et la seconde personne monte dans la joëlette jusqu’à Baigorri pour l’arrivée prévue entre 13h30 et 14h30.
    Nous sommes 10 coéquipiers à nous relayer le premier jour et 12 le second. Comme on sera rarement plus de 4 à pousser en même temps, 2-3 personnes porteront (en relai) des sacs à dos avec de quoi manger, boire, protéger du soleil/pluie/froid selon la météo pour les personnes qui monteront dans la joëlette et les autres coéquipiers.

    Il y aura donc en tout 4 personnes (adultes, pas d’enfant) qui monteront dans la joëlette. Sensas pas vrai?!

    WT : Comment s’appellent les heureux élus qui seront portés en joelette? D’où viennent-ils ?

    LM : Les super courageux qui vont faire l’Euskal Trail dans la joëlette s’appellent Diane, Serge, Fabrice et Christian. Serge est un ami d’une coéquipière (Valoche). Les 3 autres font partie de L’Autruche sur un fil de soie. Au début je cherchais de mon côté. J’avais demandé au centre de La Rosée de Banka car niveau géographique et logistique c’était des pâtes au beurre mais sachant que ces jeunes étaient handicapés mentaux il y avait besoin d’un médecin qui les connaisse, seulement le médecin sportif était blessé. Donc l’asso L’autruche… m’a bien aidée.

    WT : La Team Rider Tatoo a mis 10h l’année dernière sur les 2 jours combien vises tu?

    LM : 10h?! Ils sont super forts! On a mis 5h30 pour une reco. On n’avait que très peu de poids mais on a cherché le chemin, on s’est arrêté quelques fois… Bref je pense que 11-12h ne serait pas absurde.

    L’EUSKAL TRAIL

    WT : L’euskal est une grosse fête locale, le but va donc être de s’éclater et prendre son pied !

    LM : Oouuiii!…Ce n’est pas une question mais je suis d’accord avec toi.

    WT : Je t’ai demandé une photo de toi pour illustrer cette interview , pourquoi avoir choisi celle-ci ?

    LM : Je trouve la photo marrante et le paysage cool. C’était au Juan Migueliz Leyre Trail, un trail vraiment super sympa avec une ambiance de fou, des bénévoles plus que géniaux et un des plus beaux parcours trails que j’ai couru. C’est dommage, le mieux aurait été d’avoir une photo de l’équipe, mais on ne s’est jamais tous retrouvés ensemble encore. Il faudra y penser le WE de la course.

    L’EUSKAL TRAIL

    WT : As-tu quelque chose à rajouter ?

    LM : En y aillant réfléchi, je trouve finalement cool que l’initiative soit un peu médiatisée, non pour une gloire personnelle, mais si tout se passe bien ça pourrait donner envie à d’autres personnes de faire de même, ou plus simplement de s’inscrire dans des associations pour participer de temps en temps à des courses en joelette.

     

    Vous l’aurez donc compris le 31 mai et le 1er juin, Laurie et ses acolytes vont se lancer dans une magnifique aventure sur les montagnes Basque. Pour ceux qui connaissent les courses en joelette, c’est magique, mais en montagne c’est un vrai challenge. Ils vont « en chier » mais la fête sera tellement belle. Vous aurez le compte rendu de la course, leurs ressentis, les photos sur un prochain article au mois de juin, d’ici là soyez patient!

     

    Crédit photo : Pierre Ezcurra, comme toujours merci encore à lui

     

     

     

     

    Curabitur Lorem at libero consequat. diam dapibus