Tor des Géants® – Un espagnol à la tête du Tor des Glaciers

24 heures se sont écoulées depuis le départ très chaleureux, de Courmayeur, du Tor des Glaciers – la “nouvelle” course de 450 km voulue par VdA Trailers pour fêter les dix ans du Tor des Géants® – et parmi les 98 concurrents au départ (deux ont donné forfait à la dernière minute) la compétition est devenue tout de suite très passionnante. A 17 heures, Javier Puit, espagnol de 40 ans, a atteint et dépassé pour premier et en vitesse le refuge Benevolo, à 2287 mètres d’altitude. Il est à la tête de la course, après 98 km de parcours et 8 000 mètres de dénivelé positif. Après avoir laissé ce point derrière lui et placé le gouvernail en direction de l’est, jusqu’aux refuges Savoia et Vittorio Emanuele, il marchera pendant la nuit sous la protection du Grand Paradis, en s’approchant du glacier.

Javi Puit

Derrière l’espagnol, à une distance non prohibitive, il y a l’italien Luca Papi, qui réside pourtant en France (il travaille à Disneyland). Cette année Luca a remporté la Trans360 de 264 km en 50 heures et, après avoir dormi quelques heures, il a participé à la Transgrancanariade 128 km, qu’il a terminé en 27 heures.

Luca Papi

Troisième, dans un classement qui est sujet à des variations très rapides, le Japonais Masahiro Ono, l’un des plus accrédités à la victoire finale, étant donné que dans les quatre éditions du Tor des Géants® disputées jusqu’à l’année dernière, il est arrivé trois fois dans les premières dix positions – touchant même le podium – et une fois dans les vingt.

Masahiro Ono

Parmi les quatre femmes en compétition, on trouve l’italienne Marina Plavan, avec cinq excellents TOR dans le dos, suivie par la costaricaine Ligia Madrigal, la sudafricaine Anouk Baars et l’autre italienne, Ita Marzotto.

Marina Plavan

Un seul retrait, celui de l’italien Fabio Menni à 70 km, pour un problème aux talons. Le lombard Menni s’est arrêté mais n’a pas perdu son esprit sportif. Il a décidé d’aider ceux qui passeront après lui et là où il faudra encore dans les prochains jours.

Tout à fait provisoire et variable, comme variable est la météo qui accompagne les ultrarunners des glaciers, qui ont piétiné la neige pendant la première journée, mais qui ont aussi été inondés par le soleil. Pour eux, un effort physique considérable, pour la distance, les montées et les changements rapides de température (pour lundi est prévue une journée très froide), mais aussi un effort mental non négligeable, pour les longs moments de solitude, pour l’attention qu’il faut toujours avoir dans les passages les plus difficiles et pour la nécessité de trouver la voie en autonomie, ou avec l’aide du GPS. D’ailleurs, les Alte Vie 3 et 4, sur lesquelles se déroule le Tor des Glaciers, étaient appelées “les voies oubliées”.

Ligia Madrigal

Tout est prêt pour la grande fête du TOR X

L’attente pour la 10e édition de la course reine de cette manifestation, le Tor des Géants®, devenue dans ces dernières années de plus en plus dense d’événements, est désormais terminée. Dimanche 8 septembre, à 12 heures, 1000 athlètes partiront du centre de Courmayeur pour un voyage merveilleux le long des Alte Vie 1 et 2 de la Valle d’Aoste. Qui succèdera au Valdôtain Franco Collé sur le trône des Géants?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here