Tor des Géants® – Luca Papi est le premier vainqueur du Tor des Glacier !

Le Tor des Glaciers, qui, sur une distance de 450 km, et un dénivelé positif, 34 000 mètres, a volé au Tor des Gèants® le surnom de “endurance trail le plus dur du monde“, a son premier gagnant. Luca Papi, a franchi la ligne d’arrivée de Courmayeur avec le temps de 134 heures et 10 minutes et il a laissé son adversaire le plus direct, le belge Richard Victor, une vingtaine de kilomètres en arrière. Son arrivée devrait donc être enregistrée dans l’après-midi, sauf imprévus. En troisième position, le japonais Masahiro Ono, qui a toujours couru parmi les premiers.

Accueilli par sa femme et son enfant, Papi semblait avoir terminé une course courte. Calme, reposé, souriant et bras vers le ciel.

Un voyage long mais magnifique: j’ai vu des paysages merveilleux et j’ai toujours rencontré des gens très gentils,” ont été ses premiers mots. “Les plus grandes difficultés que j’ai rencontrées ont été en descente, certaines très dures, très sévères.” Et les premières nuits de neige et de vent? “J’ai la chance de ne pas souffrir du froid, j’ai toujours continué en t-shirt et en short. Parfois, j’ai porté un coupe-vent et juste une fois un pantalon long.” Parcours compliqué? “Je suis assez habitué à faire des courses en suivant simplement les traces d’un Gps, et en traversant ces territoires vraiment immenses et sauvages, il n’a pas toujours été facile de trouver la bonne voie au premier coup. Mais le Tor des Glaciers est une superbe expérience, à répéter.” Des rencontres sur le chemin? “Beaucoup de gens gentils dans les refuges et les chemins hauts. Au refuge Coda, j’ai rencontré Olivero Bosatelli, et ça a été une grande aide de faire un peu de chemin avec lui“.

Papi est fatigué mais content et détendu, et comme a son habitude… très disponible. Derrière les trois premiers, il y a encore une soixantaine de concurrents (sur les 98 partis), éparpillés au long des cent derniers kilomètres du tracé. Un grand nombre d’athlètes, compte tenu des difficultés objectives de cette course fascinante mais très dure.

Encore deux femmes sur le tracé. Marina Plavan, qui continue à avancer depuis le premier kilomètre, aperçue par le Gps en descente du Refuge Duca degli Abruzzi, et Anouk Baars, qui doit encore arriver au Duca degli Abruzzi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here