mardi, novembre 12, 2019

    ITW – Via Alpina, Guillaume Arthus, 2650km à travers les Alpes

    0
    ITW – Via Alpina, Guillaume Arthus, 2650km à travers les Alpes
    GA, l'ascencion du pic carlit Pyrénée

    En septembre 2019, Guillaume Arthus va traverser les Alpes en courant en solitaire de Slovénie à Monaco :

    “2650km pour 170 000 de dénivelé positif… en 43 jours.”

    Nous avons croisé Guillaume à plusieurs reprises après sa traversée des Pyrénées en moins de 14 jours ou encore de la Barkley. Trailer confirmé, il a fait les plus gros ultras (UTMB, MDS, Tor des Géants), mais surtout les plus bizarres comme l’Ultra Trail de Montmartre (271 fois les marches du sacré cœur), le Tunnel Ultra (200 miles dans un Tunnel) ou encore la Viking Way (250km à naviguer à la carte et boussole).

    Barkley 2017 – 01 – Guillaume devant les plaques

    Après des années de préparation il est maintenant dans la dernière ligne droite de la préparation de cette aventure hors du commun.

    WT : Quelle mouche t’a piqué pour vouloir traverser les Alpes en courant ?

    GA – J’ai toujours aimé les Alpes. J’y passais 3 semaines tous les étés en famille à faire de la rando et de l’eau vive. On bougeait tout le temps. C’est une longue histoire d’amour. Mais tout a vraiment commencé après l’UTMB. En 2011, après mon premier trail, je me suis donné 10 ans pour franchir la ligne d’arrivée.  J’y étais en 3. En septembre 2014, je n’avais donc plus d’objectif et je cherchais un nouveau projet. C’est en cherchant en ligne que je suis tombé sur ce chemin : la Via Alpina Rouge. Ça a tout de suite été une évidence. Il fallait que je le fasse. Je me suis donné 5 ans de préparation.

    ViaAlpinaMapFull

    WT : Justement, comment fait-on pour se préparer pour ça ? J’imagine qu’il n’y a pas de plan d’entrainement tout prêt.

    GA : J’ai mis plus de 2 ans à savoir comment. Entre 2014 et 2017, je savais que je devais devenir plus fort dans tous les domaines. J’ai donc commencé à enchainer les ultras, allonger les distances, explorer de nouveaux territoires. C’était difficile d’expliquer à ce moment-là que je faisais un enchainement Tor des Géants / Pyrénées comme une session d’entrainement… d’ailleurs je n’en parlais pas vraiment.

    Mais c’est vraiment fin 2017 que le plan est passé de subit à piloter. J’ai identifié les 4 compétences que je devais perfectionner. Ça donne MENA : Mental, Endurance, Navigation, Autonomie. Je me suis alors à créer des ateliers de perfectionnement sur l’ensemble de ces points ?

    Col de Taglangla – Inde 2016 – 5359m

    WT : des ateliers ? des courses par exemple ?

    GA : Oui c’est exactement ça. Le Tor c’était pour l’endurance, les Pyrénées pour l’autonomie et la navigation, le Tunnel pour le mental et l’endurance, etc… J’essayais de combiner 1 ou 2 compétences à travailler par course. Puis 3 et 4. Ça peut paraitre étrange de dire qu’un 250km, c’est un entrainement. Mais en fait c’est plutôt logique. Quand on s’entraine pour un marathon, on fait des sorties longues. Là c’est pareil.

    WT : Mental, Endurance, Navigation : on voit bien ce que sont des compétences clés en ultra. Qu’est-ce que tu entends par Autonomie ?

    L’autonomie c’est la dernière compétence clé que j’ai identifiée. C’est tout ce qui touche à la prise de décision pendant l’effort et la gestion du sac à dos. Il faut savoir quoi emporter et quand l’utiliser. J’ai passé les 9 derniers mois à affiner le choix de mon matériel. J’avais déjà fait un gros travail pour arriver à 6.5km de charge utile pour les Pyrénées. Mon sac fait maintenant moins de 4km… pour les mêmes fonctionnalités. Un travail de fourmi.

    DISCOVER – Eiger Switzerland

    WT : 4kg, ça paraît fou. Des marques t’aident pour ça ?

    GA : Oui c’est sûr c’est fou. Pourtant il y a tout : tente, duvet, matelas, veste étanche, balise GPS, etc… C’est primordial d’avoir ce qui se fait de mieux pour porter le nécessaire et toujours pouvoir courir. Le mieux sinon rien. C’est aussi pour ça que je n’ai pas de sponsors. Je voulais pouvoir choisir parmi ce qui se fait de mieux, sans aucun compromis. J’ai même dû créer ma propre doudoune et mon propre sac à dos pour attendre le niveau de performance que je voulais.

    WT : Est-ce que l’on va pouvoir te suivre pendant cette aventure ?

    GA : Bien entendu ! J’aurais une balise GPS pour permettre de suivre ma progression quotidienne et comme toujours des photos et vidéos tous les jours sur ma page Runnexplorer.

    Plaines de Moray, Himalayas INDE 2017 – Lever de soleil à 4600m

    WT : En parlant de vidéo, tu me disais que tu avais un gros projet de documentaire pour la Via Alpina.

    GA : Absolument. Faire une telle aventure sans la documenter serait vraiment dommage. J’ai déjà fait plus d’une centaine de vidéo de trail en amateur, mais je voulais passer à la vitesse supérieure pour ce projet, en faisant appel à Peigné Verticale. C’est la référence des films de trail. 20 jours de tournage, 30 de montage…forcément ça à un cout, mais le documentaire s’annonce magique.

    GURC pic

    WT : Comment tu fais pour financer tout ça ?

    GA : J’ai cassé mon PEL… entre l’aventure, l’équipement et le tournage du documentaire, c’est un sacré budget. Il y a d’ailleurs un crowdfunding pour m’aider à boucler le budget, en particulier pour la production du documentaire. J’ai déjà rassemblé un peu plus de 80% des 46000€ de budget, mais j’ai besoin d’un coup de main pour boucler les 5000€ manquant pour boucler le documentaire.

    “Les backers seront d’ailleurs invités à la première du documentaire.”

    WT : et après tu vas faire quoi ?

    On verra ! Boucler la Via Alpina et assurer d’avoir un superbe documentaire, c’est déjà pas mal. La suite, ce sera pour après.

    Pyrénées

     

    id, quis Curabitur ipsum elit. adipiscing Aenean eget