ITW – Thomas Rouault “Préparer sa saison de trail, ski aux pieds…et reblochon en poche!”

    0
    632

    Quand on parle ski, c’est comme pour le Trail ! Il faut savoir aller chercher le bon conseil auprès des spécialistes. Alors, nous, quand on s’est posé « La Question » …, bah c’est vers Thomas ROUAULT, que l’on a décidé de s’orienter. Car, même avec toute la motivation qui nous animait…on ne s’improvise pas technicien du ski de rando, en deux saisons !

    Thomas ROUAULT, co-fondateur et PDG de Snowleader est arrivé à point nommé pour nous donner les conseils et les astuces nécessaires pour commencer à s’équiper en ski de rando. Snowleader, est le Shop de Ski et de Glisse, qu’il a co-créé il y a dix ans en Haute-Savoie. Le site, s’est notamment fait connaître pour son expertise et sa bonne humeur en glissant un reblochon pour les commandes de plus de 150 euros dans votre colis !

     

    WT – Mais au fait … C’était quoi la question ?

    TR- Peut être de savoir si le reblochon est un bon complément alimentaire pour le trail 😉

    WT – Bonjour Thomas, peux-tu te présenter en quelques mots ?

    TR – J’ai 36 ans, j’ai créé Snowleader il y a 10 ans. Je suis un passionné de montagne, été comme hiver. Je pratique le ski, le ski de randonnée, le trail, le trek et la cuisine pour le reblochon of course 😉

    WT – On souhaite proposer une activité « extra-scolaire » à nos lecteurs fan de Trail… Et on a naturellement pensé au Ski de Rando, qui nous semble une grosse plus-value dans notre préparation… Qu’en penses-tu ?

    TR – C’est effectivement 2 activités qui vont de pair. A la fois pour le coté préparation et dénivelé mais aussi juste pour le plaisir de gravir des sommets, d’être en montagne, loin du monde et de la foule.
    De mon côté, je dirai que le trail est un moyen de préparer sa saison de ski de randonnée mais chacun son point de vue 😉

    WT – La pratique du Ski de Rando nécessite semble beaucoup de matériel, mais est-elle compliquée, ou abordable par un skieur débutant en vacance ?

    TR – Elle n’est pas compliquée mais il est vrai que cela nécessite un peu plus de matériel que pour une journée de ski classique. Il faut un pack ski fixation chaussure adapté mais qui peut aussi servir sur piste ensuite si on veut avoir un seul pack. Les fabricants ont fait de gros progrès pour allier légèreté et confort de skiabilité.
    Ensuite, tout dépend où on pratique. Si on est en mode préparation physique et avalage de dénivelé, pas besoin de pack sécu, de couteaux, crampons, piolets et autres. Beaucoup de stations mettent à disposition des parcours de montées qui permettent de redescendre par les pistes. Certaines stations proposent même des parcours à faire en soirée ou tôt le matin.
    Si on veut par contre faire du ski de randonnée sur des parcours hors-pistes, le trio arva pelle sonde s’impose, mais comme pour toutes les autres pratiques qui se font en hors-piste.

    WT – Peut-on apprendre seul, ou est-il nécessaire ou du moins fortement conseillé de prendre des cours ou de faire un stage ?

    TR – Même réponse que plus haut, pour monter sur des pistes balisées il suffit de regarder et d’appliquer le même mouvement. Bien vérifier comment fonctionne son matériel avant de partir. En hors-pistes, oui c’est bien de se faire sa culture montagne avec des amis ou avec un guide, c’est encore mieux.

    WT – A nos début Nicolas et moi avons eu du mal a trouvé du matériel de location pour le Ski de Rando… Mais difficile de se lancer dans des achats, sans trop connaitre le matériel… Peux-tu-nous présenter la panoplie nécessaire à acquérir par un débutant pour évoluer en toute sécurité ?

    TR – Effectivement trouver du matériel de location peut s’avérer compliqué. Néanmoins il y a toujours un bon magasin dans chaque station qui loue du matériel. Dès lors qu’on veut passer à l’achat, mon conseil non objectif sera de vous tourner vers un vendeur de Snowleader, en magasin ou via notre plateforme téléphonique pour expliquer votre pratique et vos aspirations et vous pourrez échanger avec un conseillé spécialisé qui s’y connaît et pourra vous aider à constituer votre package.
    La fixation, c’est à mon sens l’élément le plus important pour se constituer une panoplie. C’est elle qui va dicter un peu le programme et les ambitions de votre panoplie. Les fabricants ont fait de gros progrès ces 3 dernières années à la fois sur la légèreté et la sécurité. De nouveaux produits arrivent sur le marché pour avoir un seul pack qui permet de prendre du plaisir sur piste et ne pas trimbaler 2 enclumes sous ses pieds en rando.
    Le poids du matériel a une importance considérable quand on veut faire des journées avec beaucoup de dénivelés. Le ski, cela reste un élément extrêmement important de par son poids et ses lignes de côtes. Il faut choisir comme on le ferait pour une paire de skis traditionnels et avoir un œil sur la balance.
    La chaussure, très important, il faut mettre le pied dedans. Petite astuce, prenez en photo la paire que vous louez car si vous êtes bien dedans, cela vous permettra de retrouver plus facilement un modèle de coque dans lequel vous vous sentiez bien. Un peu comme pour le ski, il faut choisir comme pour une paire de fix alpins avec un regard attentif sur le poids. La plupart des chaussures de rando disposent désormais d’un système d’inserts qui s’adaptent sur les fixations de randonnée.
    Les peaux. A part pour une pratique ski alpinisme, il faut prendre la peau pré taillée pour le ski ou un modèle standard. On est passé d’une offre 100% à colle à des peaux autocollantes. Pour débuter, ce n’est pas un élément de choix important.
    Le pack sécu. Très important quand on sort des pistes, composé d’un DVA, d’une pelle et d’une sonde.
    Les couteaux. On les oublie souvent mais il suffit d’en avoir eu besoin une fois pour ne plus les oublier. Dans certains passages verglacés, même sur piste de montée balisée, très important de les avoir à proximité pour s’éviter des petites frayeurs.

    WT – Quel serait le premier achat a faire en priorité ?

    TR – Une bonne paire de chaussures, c’est vraiment la base. Bien prendre le temps de les choisir et trouver la bonne taille de coque dans laquelle on se sent bien. On y passe un certain temps et les douleurs à la montée ont tendance à être plus incommodantes.

    WT – Sur quel type de parcours peut-on apprendre facilement, sans prise de tête et en toute sécurité ?

    TR – Les pistes de montée balisées sans hésiter. Pas de risque lié aux hors-pistes et donc on peut se concentrer sur l’apprentissage du mouvement de montée et le plaisir de l’effort 😉

    WT – Comment se fait-il que le ski de rando (le sport de papi à la montagne), revienne ainsi sur le devant de la scène et attire autant de jeunes sportifs ?

    TR – Sport de papi à la montagne…. Je ne suis pas d’accord avec ce terme. Les papis qui font de la rando ont une santé de fer 😉 C’est vraiment un sport complet qui nécessite une bonne condition physique. On va dire que la rando a souffert d’une image négative. A la fois parce que les gens pratiquaient dans le but d’économiser sur le forfait ou parce qu’elle était réservée à des clubs d’alpiniste initiée. Désormais on a plusieurs facteurs qui rendent cette pratique plus à la mode. Tout d’abord l’envie de grands espaces, ce sentiment de quasi solitude face aux éléments. Le trail, le running sont des sports en pleine expansion car nous avons besoin de plus en plus nous dépenser pour affronter nos vies sédentaires.
    Enfin, les fabricants ont fait en 5 ans des progrès considérables dans le matériel et cela a rendu la pratique bien plus agréable. Il y a encore 10 ans, le poids du matériel était quasiment le double de celui du matériel actuel. Enfin des événements comme la Pierra Menta sont de véritables rassemblements de passionnés et d’amoureux de la montagne.
    Je dirai qu’on est donc passé d’une pratique confidentielle et peut être un peu élitiste à une pratique plus de masse et de personnes voulant pratiquer une activité physique, voulant se dépasser physiquement. Enfin, les stations de ski se sont tellement industrialisées que les pistes à bosses, les pistes non damées ont pratiquement disparu et le skieur sportif est à la recherche d’un autre ski.

    WT – Merci pour tes conseils et au plaisir de te retrouver pour une creuzyflette (au reblochon bien-sur) !

    C’est l’avantage de la rando, c’est qu’après un bon effort, on peut se venger sur le reblochon sous toutes ses formes.
    Arvi Pa et peut être qu’on se croisera au sommet d’une combe dans les Aravis.

     

    Thomas