dimanche, septembre 15, 2019

    ITW – GUILLAUME LEVOY l’homme à abattre dans les Trails du Pays Basque.

    0
    ITW – GUILLAUME LEVOY l’homme à abattre dans les Trails du Pays Basque.

    Guillaume Levoy n’est pas aussi connu en France que certain traileurs, mais son nom est gravé dans presque tous les trophées du sud-ouest notamment au Pays Basque. Comme on se le dit souvent entre potes, quand il est aligné sur une course, si tu veux avoir une chance il faut le “dézinguer”  avant le départ. Nous avons déjà réfléchi à plusieurs scénarios : le lâcher au milieu d’une battue, trafiquer son parachute, le donner à manger aux Kintoas (races de porcs Basques) mais il n’a pas de gras, lui casser les guibolles à la sortie de sa voiture (ça ne l’arrêterait même pas) ou encore un bon stilnox dans son ravitaillement histoire de le faire dormir.

    Mais rien n’y fait, il est encore présent sur toutes les photos des podiums Basques. La seule solution que j’ai trouvé aujourd’hui c’est de mettre du blanco sur la grille des résultats, et de découper sa tête (pour mettre la mienne bien sûr) sur la photo des podiums.

    Vous l’aurez bien compris Guillaume est un tracteur bi turbo qui avale et dévale les pentes et le bitume en grillant tout sur son passage. Il se dit ici, mais c’est un secret de polichinelle, qu’il aurait contracté un crédit afin d’investir dans un logement plus grand pour stocker tous ses trophées, qu’il fait nettoyer régulièrement par sa famille. Il est l’homme à abattre en Euskadi.

    J’ai voulu en savoir plus sur cet homme hors du commun. Comme souvent au Pays Basque les personnes sont simples, hyper accessibles et sans prétention, Guillaume Levoy a donc accepté sans hésiter que l’on se retrouve sur une terrasse Bayonnaise autour d’un café.

    WT : Agur Guillaume, merci de nous accorder cette petite interview, tout d’abord peux-tu te présenter rapidement ?

    GL :Bonjour WonderTrail j’ai 34 ans, je suis marié et père de 2 filles, 10 mois et 3 ans. Je suis originaire de Normandie, militaire de carrière depuis 2006, je suis au 1erRPIMA de Bayonne depuis 2009.

    WT : Depuis quand cours-tu ? Quand est-ce que tu t’es mis au trail ?

    GL :J’ai découvert le trail en arrivant ici, avec mon métier de militaire j’ai découvert des sentiers et montagnes pendant des entrainements et manœuvres. Puis en 2010 je m’y suis mis, j’ai très vite apprécié et je me suis entrainé de plus en plus. Mais je ne cours pas qu’en trail, je fais toutes sortes de courses, j’aime tout.

    WT : Pour conserver ce niveau, voire encore progresser, qu’est-ce que tu t’infliges comme entrainement ?

    GL :Déjà du fait de mon métier je fais beaucoup de sports, après je cours 6 à 7 fois par semaine, en alternant les séances.

    WT : Rien d’autre ?

    GL :Si un peu de renforcement musculaire, un peu de vélo elliptique, de la natation mais je n’aime pas ça. Je fais aussi des entrainements type cross, j’adore ça.

    WT : Donc on te connaît sur le bitume, les trails mais tu fais aussi du cross ? Sachant que c’est en fin d’année, voire début, tu coupes quand de tout ça ? Tout le monde fait une petite coupure en général.

    GL :Je n’aime pas couper, c’est très rare en tous cas. Et oui quand fini la saison des trails je commence celle de cross, j’aime beaucoup ça, je sais que je devrais me reposer mais je ne le fais pas. Donc tant que je ne suis pas blessé je continue.

    WT : Quel est ton palmarès, même s’il faudrait la journée pour tout énumérer ? Ici tu as tout gagné, quelles sont tes préférences ?

    GL :J’aime courir sur tous les terrains, varier les formats, j’aime la course à pied de manière générale. J’en ai beaucoup gagné ici c’est vrai. Si je parle de trail mon format préféré c’est entre 15 et 25 km. Je cours aussi des ultras comme le 220 du GRP. D’ailleurs pour ces préparations d’ultras j’augmente mon volume de travail je couple une séance de VMA avec une sortie longue en montagne dans la même journée. Je veux garder des séances rapides même en ultra. Mais ce que je préfère c’est courir sous la pluie avec de la boue plutôt que sur terrain sec.

    WT : En dehors de tout ce qui touche la course à pied quels sont tes passions ?

    GL :Profiter de ma famille, me promener avec eux

    WT : Sur les trails tu es plutôt « fait maison » ou alors barres et gels tout prêt ?

    GL :Plutôt du tout prêt, en plus j’ai un partenariat avec le fruit de l’exploit pour les pâtes de fruits et les compotes, j’en suis satisfait ça passe bien. Je complète avec des barres solides sur du long. Rien de figé, je vois avec les ravitos.

    WT : Justement quand on te croise sur les trails tu n’as presque jamais de sac, le strict minimum.

    GL :J’essaye toujours d’être le plus léger possible, 20g ce n’est pas grand-chose. Mais sur un ultra si je peux partir avec un sac de 3 litres je le fais. Sur le 220km du GRP mon sac pesait 670g sans l’eau et la bouffe, juste avec le matos obligatoire. Quand je vois certains qui prennent le double ou le triple c’est 2 ou 3 kg à trainer sur 220km pendant 30 heures. S’il y avait le choix je partirais avec encore moins, 1 lampe pour la nuit et 1 vestes de pluie, à boire et à manger.

     

    WT : Une question qui me trotte dans la tête et que beaucoup de monde se posent, ici tu as tout gagné, des centaines de courses, tu améliores tous les chronos, et quand tu n’es pas 1ertu es jute derrière. Pourquoi, avec ta stature ne pas t’aligner sur des courses majeures en France et te frotter à des nationaux, t’exporter en dehors du Pays Basque, du sud-ouest.

    GL :J’aimerais mais avec le boulot je ne peux pas prévoir à l’avance, pour 2019 j’aimerais faire 2 ultras, type UTMB ou templier. Ce n’est pas l’envie qui manque, mais c’est les contraintes, logistiques familiales et le boulot.

    WT : Comme plusieurs bons coureurs tu es équipé ?

    GL : Oui avec Uglow et Endurance Shop Pays Basque.

    PORTRAIT CHINOIS

    Si tu étais un animal tu serais…Un chamois, tout le temps dans les montagnes, c’est impressionnant par sa capacité de grimpe,

    Si tu étais une couleur tu serais…Vert,

    Si tu étais une chanson tu serais…Aucune en particulière mais style rock,

    Si tu étais un trail tu serais…Trail Zegama en Espagne, une des plus denses au monde, une des meilleures ambiances,

    Si tu étais un métier tu serais…Le mien est pas mal je reste sur militaire,

    Si tu étais un objet tu serais…Un mini sac à dos, tout le monde en a et on y met tout ce qu’il faut,

    Si tu étais un film tu serais…J’en regarde plus depuis que j’ai des gosses,

    Si tu étais un fruit tu serais…Une banane,

    Si tu étais un sport tu serais…Le trail.

    Encore une belle rencontre pour moi, sur mes terres. Guillaume aura encore frappé, le lendemain de l’interview il finira 2èmesur un trail et lors de ma rédaction il prendra la première place d’un 10km, une machine.

    Je souhaiterais finir cette interview en remerciant Pierre Ezcurra, personnalité connue au  Pays Basque grâce à ses splendides photos de trails. En effet, il se trouve sur la plupart des courses, toujours bien placé, il met systématiquement ses photos en accès libres, elles sont toujours magnifiques. Vous pourrez vous en rendre compte car toutes les photos de cet article viennent de lui. Milesker Pierre

     

    Curabitur felis dolor adipiscing vel, justo efficitur. ultricies