mardi, juillet 23, 2019
Home Dans le vif Évenements RED BULL 400 – Thibaut Baronian Nouveau record de France

RED BULL 400 – Thibaut Baronian Nouveau record de France

0
RED BULL 400 – Thibaut Baronian Nouveau record de France

Tremplin Olympique de Courchevel, 800 guerriers viennent à bout des 400 m
les plus raides du monde
. Nouveau record de France de Thibaut Baronian en 3’21 

Ce samedi 6 juillet, alors que certains enfourchaient leur vélo pour 22 jours de Grande Boucle à Bruxelles, d’autres remontaient en courant le tremplin Olympique de saut à ski de Courchevel, pour la course la plus raide du monde.

Avec 36° de pente au plus raide et 185 m de dénivelé positif sur une longueur totale de 400 m, le Red Bull 400, dont c’était aujourd’hui la 3e édition française, est une course courte distance où raideur et engagement priment !
Sans oublier que l’action se déroule à 1300 m d’altitude, là où l’oxygène se fait un peu plus rare et où l’effort est, de fait, plus intense.

Plus de 800 concurrents, femmes et hommes, inscrits en individuels ou en relais, étaient en bas du tremplin dès 15 heures par une chaleur écrasante, prêts à en découdre avec la pente. Une lutte contre soi-même et contre l’acide lactique qui envahit les jambes au fur et à mesure de l’ascension…

Et il y avait du lourd au départ ! Le « traileur d’élite », Thibaut Baronian, vainqueur des 2 premières éditions du Red Bull 400, était clairement le concurrent à abattre ! Malmené sur 350m par Thibault Anselmet, ce dernier n’a pas réussi à suivre le rythme imposé par le roi du tremplin de Courchevel sur les 50 derniers mètres. Thibaut Baronian bat son propre record en signant un nouveau temps référence de 3’21.

Chez les dames, la spécialiste brésilienne de l’ultra-trail, Fernanda Maciel, courait, elle aussi, son 1er Red Bull 400. Bien plus à l’aise sur longue distance, elle était curieuse de voir ce dont elle était capable sur une ascension aussi rapide et explosive. Mais c’est finalement la française Lucie Jamsin qui s’impose en 4’46, dépassant sur le fil Mélanie Jeannerod qui remettait son titre en jeu.

On m’avait annoncé une qualification directe en finale mais le règlement a changé cette année. Nous avons donc bel et bien eu 3 montées au total, ce qui était d’ailleurs plutôt pas mal pour dompter ce terrible tremplin. Une heure après les demi, j’ai pris le départ de la finale avec des fibres musculaires qui recrutaient au Max. Il restait 5 longues minutes à souffrir, autant dire que j’ai laissé le cerveau en bas. Je finis avec un temps de 4’46, à 3 secondes du record de l’épreuve (établi toutefois sur 2 montées et non pas 3). Je suis arrivée là haut avec les quadriceps littéralement explosés. Jamais eu aussi mal de toute ma Life. En bref, une journée extraordinaire par la découverte d’un format ultra sympa, de belles rencontres et d’une organisation au top.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

ut Donec mattis libero diam venenatis non efficitur. leo.