TEST – Les Chaussettes hautes 100% étanches Mountania by Verjari.

Chaussette Verjari Mountania

« Avec les chaussettes Verjari, l’eau n’est plus un obstacle »

Quel pratiquant d’activités outdoor n’a pas un jour été soumis à des conditions extrêmes, lors de ses sorties d’entraînement ou de compétition ? Lors d’un trail, en forêt ou en montagne, il nous est tous arrivé de mettre les pieds dans la boue, dans une flaque d’eau, de traverser une rivière et d’avoir les pieds trempés, au bout de quelques heures de course.

Les meilleurs chaussures en goretex ne résistent pas plus longtemps aux intempéries et n’empêchent pas l’eau de s’infiltrer jusqu’aux orteils. Le pied peut être alors fragilisé par des ampoules, cause d’abandon, même s’il on s’est préparé pour l’objectif. La solution : la gamme de chaussettes Verjari. Elles assurent le confort du pied pendant la course et maintiennent celui-ci au sec (avantage non négligeable lorsqu’on s’engage sur des sorties longues).

Chaussette Verjari Mountania

Présentation

Verjari est une marque française, spécialisée dans les textiles innovants, qui produit des chaussettes, des gants et des bonnets. L’origine de la marque est l’association des deux noms des fondateurs. La société se distingue des autres marques, en fabriquant des textiles 100 % étanches pour la pratique de multiples activités en extérieur comme le trail running, le ski, le ski de randonnée, le vélo, la voile et même la moto …

Fiche technique

  • 100% étanche ;
  • Respirante ;
  • Coupe-vent ;
  • Longueur : À hauteur mi-mollet ;
  • Couleur : Noir et orange (talon, avant-pied et liserets) ;
  • Taille testée : 43-46 ;
  • Tailles disponibles : 36-38 / 39-42 / 43-46 ;
  • Principaux matériaux : Laine mérinos, polyuréthane, nylon, fibre de bambou ou coolmax
  • Poids moyen : 61 g ;
  • Prix : 42,40 euros.

Premières impressions

La paire de chaussettes est livrée dans une poche zippée. On peut y lire l’inscription « 100 % étanche » en gros caractères. Les couleurs de la chaussette sont sobres ; noir et orange avec deux liserés sur le haut. Le logo de la marque est mis en avant, avec une étiquette, sur la partie supérieure extérieure, qui permet de repérer le bon pied.

Chaussette Verjari Mountania

Au toucher, le textile a l’aspect et la texture d’un chausson de plongée en néoprène ; sans doute la texture en fibre de bambou de la membrane ? Plusieurs questions me viennent alors à l’esprit;

« 100% étanche, le pied va-t-il correctement respirer ou rester humide à cause de la transpiration. Je suis impatient de vérifier tout cela sur le terrain.”

En pratique

Test en ski de randonnée.

Je suis tenté d’essayer les chaussettes, au cours d’une sortie en ski de randonnée, dans le massif alpin, non loin de Val d’Isère. Objectif : la tête du Ruitor, culminant à 3486 mètres d’altitude, par le glacier du Grand. Il s’agit d’un weekend de deux jours, en ski de randonnée, avec une halte dans un refuge.
Le premier jour, je reste fidèle à mes habitudes et pars avec des chaussettes classiques, montantes, en laine mérinos. Au bout de six heures de ski et 1700 m de D+, nous retournons au refuge car la météo, peu clémente, ne nous a pas permis d’atteindre le sommet. Je fais sécher mon équipement, mes pieds sont trempés à cause de la transpiration et de la neige accumulée dans la chaussure (j’ai oublié mes guêtres …).
Le lendemain je décide de m’équiper des chaussettes Verjari, gamme Mountania. L’autre paire n’a pas eu le temps de sécher, compte tenu de l’humidité régnant dans le refuge. Mes camarades de course sont sceptiques et intrigués par le concept, lorsque je leur fait découvrir le textile.

Chaussette Verjari Mountania

Mon pied est installé confortablement grâce à la partie intérieure en laine mérinos. Dans la chaussure de ski, je me sens bien, pas de gêne ; l’absence de couture y contribue. La montée se fait sans encombre, pas de frottements, le pied est au chaud (la température extérieure est quand même négative : -10°C). Le temps nous permet seulement de faire une sortie de 5 heures avec 1000m de D+. La neige et la pluie, en arrivant au village, sont au rendez-vous. Côté pieds, rien à signaler, tout va bien.
Au moment de ranger mon matériel et de me déchausser, pour préparer le retour sur Paris, je suis surprisMes pieds sont secs. C’est une nouvelle sensation pour moi car au cours de toutes mes sorties précédentes, j’avais les pieds mouillés. Je n’ai subi aucun frottement. La chaussette a parfaitement rempli son rôle en y ajoutant même du confort. Elle est étanche et a parfaitement résisté aux amas de neige dans la chaussure. Elle est respirante car le pied n’est pas mouillé, même au bout d’une journée de ski de randonnée. Je n’ai pas eu froid.

Verjari contre chaussette classique en laine mérinos : 1-0.

Test en course à pieds.

Je veux quand même tester de nouveau l’étanchéité du produit lors d’une sortie en course à pieds afin de balayer tous mes doutes. Je donne rendez-vous, un dimanche matin, à un de mes fidèles amis, pour une sortie trail de deux heures. Le temps est plutôt ensoleillé. Cela change des conditions hivernales de ces dernières semaines. Je pars, équipé des chaussettes Verjari, enfilées par-dessus un caleçon long (on n’est jamais trop prévoyant). Les pieds sont confortablement installés dans les chaussures et la sortie s’effectue avec aisance. Pour faire le test, il va falloir chercher longtemps les pièces d’eau car le terrain est assez sec. Un bassin assez profond et une cascade vont m’en donner l’occasion. Le bassin ne permet pas de courir alors je m’assois et y trempe complètement les pieds,pendant une vingtaine de minutes.

Chaussette Verjari Mountania

Le résultat est bluffant ; le pied est complètement sec. Le passage dans les flaques d’eau aussi profondes soient-elles est alors un jeu d’enfant. Les pieds sont bien protégés. Je repars quand même avec quelques grammes d’eau supplémentaires, accumulés dans les chaussures. Celle-ci s’évacue bien au cours de la sortie. Pour terminer, je me surprends même à ne plus éviter les flaques ; juste pour le plaisir.
Au bout de deux heures de séance, les pieds sont restés confortablement au sec. Je n’ai pas été gêné dans ma progression. La chaussette, typée montagne, a encore parfaitement rempli son rôle.

Verjari contre chaussette classique technique : 2-0.

En détail

La paire de chaussettes Mountania est composée d’un molleton interne en laine de Mérinos qui procure chaleur et confort aux pieds par températures extérieures négatives. Un avantage pour les activités en montagne. 
En conditions humides, par temps de pluie ou même en pleine immersion, les pieds sont au sec et respirent, grâce à la membrane interne spéciale qui empêche l’eau de pénétrer. La membrane évacue dans le même temps la transpiration de l’intérieur vers l’extérieur de la chaussette.
La paire Mountania est sans couture et réduit les frottements pendant l’utilisation, ce qui est appréciable pour les sorties longues.
Les chaussettes Verjari ont une structure en trois couches :

  • La couche intérieure, coté peau, est très chaude, respirante et ultra confortable grâce au molleton de laine de mérinos. La laine de mérinos a la capacité de traiter l’humidité comme aucun autre fil. Elle absorbe la transpiration et la libère dans l’air sous forme de vapeur. Elle est aussi naturellement résistante aux odeurs. Douce contre la peau, elle réagit à la température du corps, garde au chaud, lorsqu’il fait froid et libère la chaleur du corps et l’humidité lorsqu’il fait chaud. L’élasticité naturelle et la résilience de la laine mérinos lui permettent de reprendre facilement sa forme.
    Selon les modèles, la couche intérieure peut être en fibres de Bambou, Coolmax, Mérinos ou Molleton de mérinos. Elle sert de couche protectrice en soulevant la membrane étanche de la surface de la peau, en évacuant la transpiration à travers la membrane et en procurant un meilleur confort suivant l’utilisation ciblée.
  • La deuxième couche est composée d’une membrane, appelée membrane Porelle, en polyuréthane100% étanche, coupe-vent et respirante, grâce à des milliards de pores microscopiques.
    La membrane  Porelle , équipe les produits étanches de la marque Verjari. Développée au cours de nombreuses années d’expérience, la membrane  Porelle est microporeuse et agit en laissant les molécules de sueur s’évaporer à travers le maillage de minuscules pores de la membrane, de moins d’un micron de diamètre. Ce système sert également de barrière aux gouttelettes de pluie (beaucoup plus grosses) qui pourraient potentiellement tremper le tissu.

En régulant la taille des gouttelettes d’eau pouvant pénétrer dans le matériau, les produits gardent le porteur au chaud et au sec, tout en maintenant une température agréable et sans transpiration.

  • La troisième couche, extérieure, sert de couche protectrice et anti-frottements. Là aussi, la composition varie selon les modèles.

La marque Verjari propose aussi une version trail de sa chaussette plus axée sur la course à pieds :
le modèle Trail-Dry est aussi garanti 100% étanche.
Plus fine que les autres modèles, la Trail-Dry est composée de bambou (couche interne) et est idéale notamment pour le trail, le running ou le vélo, par des températures extérieures supérieures à 5°C (épaisseur fine). Son poids moyen est de 43 g.

Chaussette Verjari Mountania

En conclusion.

La chaussette Verjari est parfaitement adapté pour le trail running, le ski de randonnée voire les sports aquatiques comme le canyoning, le rafting ou autres. Le textile a bien résisté aux éléments extérieurs, même après plusieurs lavages en machine. Il permet au traileur d’évoluer dans des conditions humides et de passer les obstacles d’eau ou de boue en gardant les pieds au sec.

Cela constitue un atout non négligeable lorsqu’il s’agit de courir pendant de longues heures et de passer des nuits en montagne. Le pied est ainsi protégé contre les agressions causées par la pratique du sport en extérieur : froid, frottements, …

« La chaussette Verjari : l’essayer, c’est l’adopter ! »