TEST – LA METARIDE une bombe dans le milieu du running by ASICS

0
126

Comment attaquer cet article pour vous parler du nouveau concept Asics, dévoilé par la célèbre marque Japonaise lors du marathon de Tokyo : la Métaride, présentée comme une bombe dans le milieu du running ?

Pas besoin de vous présenter la marque, tout le monde a déjà couru avec une paire d’Asics. Mais ce modèle-ci est vraiment particulier. Il est conçu depuis plus de 2 ans à l’Institut Asics Sports Science de Kobe, au Japon.

En sortant la Métaride, plutôt prévue pour les courses de fond,  Asics nous dit que ce modèle permet de réduire la déperdition d’énergie qui se fait au niveau de la cheville, en atténuant notamment les mouvements pendant l’effort. La forme de la semelle favoriserait une « bascule » en avant permettant ainsi une poussée améliorant la vitesse. Bref une chaussure que l’on annonce révolutionnaire, mais va-t-elle détrôner les autres modèles ? Est-ce un complément de la gamme ou vraiment un nouveau type de produit, un concept à 250 euros tout de même.

Fiche technique :

  • FLYTEFOAM™: semelle intermédiaire légère et durable pour un amorti et une réactivité optimale ;
  • FLYTEFOAM™ Propel: technologie offrant un effet de ressort pendant la phase d’impact ;
  • GEL™: système d’amorti pour atténuer les chocs au niveau du talon ;
  • GUIDESOLE™: nouvelle semelle souple et incurvée avec l’avant-pied rigide ;
  • 3D GUIDANCE LINE™: permet de déplacer le centre de gravité et d’aider les jambes à se balancer ;
  • SEMELLE ASICS: nouvelle semelle pour plus de traction et de durabilité ;
  • METACLUTCH™: technologie permettant un meilleur maintien du talon ;
  • KNIT UPPER: une tige permettant plus de maintien et une nouvelle structure des œillets pour lacer les chaussures.
  • Poids: 315g en taille 42
  • Prix: 250 euros

Premières impressions :

Visuellement ma première impression est excellente, forcément : elles sont rouges et noires. J’adore le rouge et noir, bon vous vous en fichez sûrement, mais vous ne choisissez pas aussi vos modèles de fringues ou autres avec une couleur qui vous plait ?

Pour en revenir à « L’avion de chasse » la Métaride, ce serait presque une chaussure à porter tous les jours, elle claque avec le rouge, noir, son dégradé sur la semelle et ses écriture et symboles couleur doré !

Bref on n’est pas dans un speed dating pour parler de moi, je continue. Cette chaussure est vraiment différente des autres en termes de look, avec une semelle bien particulière. Elle a une belle gueule agressive, le design est sympa, la qualité Asics est bien présente niveau chaussant, c’est épais et bien fini.

La semelle est plus haute que tous les autres modèles de la marque, mais ce qui est plus rare c’est son drop 0. Et même, selon un podologue reconnu du Sud-Ouest, on pourrait dire moins vu la forme de la semelle, qui d’ailleurs ressemble à du PVC. On verra bien pour l’accroche en pratique ce que cela donne.

C’est une paire plutôt lourde, 315g en taille 42, mais Asics fait rarement des paires légères.

En pratique :

Ce n’est pas tout mais un test se fait en grandeur nature, je les enfile donc aux pieds ! Le chaussant est très agréable, je sens par contre que c’est plutôt rigide sous la voute plantaire due à l’énorme rigidité de la semelle je pense.

Premières foulées, la sensation est étrange avec ce mouvement de bascule vers l’avant, qui n’est cependant pas gênant, une impression de « propulsion ».

Je rappelle que c’est un drop 0, il faut donc être un peu habitué sinon cela tire les mollets. Je sors la première fois sur 15km, sur du bitume, à allure modérée. On sent que la chaussure vous pousse à accélérer. Ma course est rectiligne, la Métaride vous « force » à avoir un certain style de foulée, mais du coup qu’en est-il dans les virages ?

Pour cela je décide d’aller les tester sur une piste, après un bon échauffement je fais des pointes d’accélérations. Il est vrai qu’on accélère peut être plus facilement avec, mais dans les virages j’ai la sensation que ma cheville est trop guidée et ne se place pas comme je veux. La faute à la semelle qui vous donne cette foulée, qui n’est pas forcement la vôtre.

L’accroche est bonne, on reste bien collé au sol et les kilomètres défilent sans problème. Petit bémol tout de même sur sol humide, je la trouve légèrement plus glissante qu’une autre paire. Attention, je n’ai pas dit non plus que l’on faisait le grand écart à chaque pas. La « goulotte » présente sous la semelle permet de chasser l’eau quand on pose le pied dans une flaque.

En détail :

La Métaride ne possède pas d’amorti devant et l’on retrouve les amortis arrière Ascis. Un doux mélange entre « anciennes » et nouvelles technologies. La semelle rigide plaira sûrement aux coureurs cherchant à accélérer à chaque impulsion. La forme de celle-ci est destinée aux coureurs tapant de talon voire du médio pied. Elle permet un enroulement et une propulsion en fin de mouvement. Par contre pour ceux courant sur l’avant du pied, aucun intérêt, elle serait même gênante.

La cheville est « verrouillée » dans le sens de votre course, ce que je trouve gênant quand c’est sinueux mais agréable sur lignes droites.

Le mech est plutôt épais et aéré, il ne présente pas de couture, ce qui est fait de plus en plus sur les chaussures.

Elle est destinée pour des semis voire des marathons, moins pour des distances courtes. Son poids légèrement plus élevé que d’autres marques, se fait oublier au bout de quelques kilomètres.

En conclusion :

Après un peu plus de 100km de test, je constate une légère usure de la semelle. Bon il est sûr  comme le dit l’expression : il faut trouver chaussure à son pied. A mon goût, la semelle est trop rigide et manque de souplesse sur le milieu du pied. Un de mes amis l’a testé et a adoré cette rigidité, ce n’est pas un défaut, mais cela dépend des goûts de chacun. Vous aurez peut-être besoin de temps pour vous habituer à cette nouvelle forme.