Une chaleur accablante mais une ambiance géniale pour la 4e édition de The Trail Sens

0
1126
The Trail Sens 2016

Après une édition 2015 dantesque, c’est sous un soleil éclatant que l’équipe des bénévoles de la course nous avait donné rendez-vous devant la cathédrale de Sens le samedi 8 mai à 15h pour The Trail 2016. J’y prendrais le départ du 110km. Et comme cette année a été marquée par un changement de parcours, ou plutôt un changement de sens (vous l’avez ?), ce sera donc une découverte pour tous les coureurs des GR et des sentiers Icaunais.

C’est parti !

Une certaine effervescence règne à l’approche du départ. Les coureurs sont à la recherche de la moindre parcelle d’ombre. Certains patientent en terrasse devant un soda entre amis ou en famille, d’autres sont assis le visage fermé, prêts à en découdre. Le speaker du jour, Harry BIGNON, fait monter l’ambiance en présentant le parcours et les favoris. Henry KAM prend ensuite le relai afin de donner le départ, après un brief de sécurité et un rappel du matériel obligatoire.

The Trail Sens 2016

L’ensemble des participants se dirige dans la direction de Paron, où un premier juge de paix se chargera de faire réduire l’allure. Mains sur les cuisses, le souffle court, le ton est donné. Il va falloir s’économiser…

Un petit groupe de coureurs prendra rapidement le large. Il est difficile de savoir sur quelle distance sont alignés les concurrents, car l’ensemble des départs est groupé (40, 60, 90 et 110 km). Nous parcourons un océan de vert et de jaune. Mais même si les champs de colza en fleurs illuminent l’horizon, il faut rester attentif, les chemins bordants les champs sont secs et les ornières les rendent instables pour les chevilles.

Sous le soleil exactement

Au gré du parcours, les coureurs suivent les balises et quittent le groupe. Mickaël DUPUIS d’abord, qui nous laissera à Villeneuve sur Yonne pour aller gagner le 60km. Puis David WAMSTER, en grande forme, qui s’emparera une seconde fois de la couronne du 90km. Ludovic POLLET et moi continuons notre périple sur la boucle de la forêt d’Othe. La chaleur (27°C) devient vraiment éprouvante sur cette partie du parcours, qui est la plus technique.

The Trail Sens 2016

Les ravitaillements rythment notre route. Les bénévoles y sont très accueillants, et ont toujours un petit mot d’encouragement à mon égard. Ca n’a pas de prix quand la fatigue fait son apparition ! Ajoutez à cela les puissants encouragements de ma petite tribu, qui gère ma logistique, et j’ai pu passer outre ma fatigue. Je subis tout de même un gros coup de chaud, à partir de Passy ! Plus de jambes, la tête tourne et je m’inquiète de ne plus transpirer. Je me force à boire toutes les 10 minutes, même sans envie. Ma boisson est devenue chaude dans mes bidons. C’est le moment de penser à simplement mettre un pied devant l’autre !

Direction St Julien. Les températures baissent en même temps que la lumière décline. Il est temps de sortir la frontale. Je retrouve le plaisir de courir et celui de laisser les jambes dérouler. Le parcours moins technique permet enfin de retrouver une bonne vitesse de croisière. En arrivant à St Julien j’opère un arrêt express pour changer de tenue. Toute ma petite équipe s’affaire autour de moi : une soupe, 2 bidons, pleins de « Vas-y papa ! »… Je ne peux que ressortir de là gonflé à bloc !

The Trail Sens 2016

Une fin de course paisible

Les difficultés s’enchainent. Entre bois et champs, je joue à « saute vallées » jusqu’à Chaumot au km 87. Ici nous attendent kiné, osthéo et podologue. Mais aussi de la soupe, du saucisson et du fromage !

The Trail Sens 2016

Les dés sont joués côté podium. A moins d’un miracle, il me sera impossible de rattraper Ludovic POLLET. Une longue balade à travers les champs et la rosée matinale nous attend avant de rejoindre le dernier ravitaillement de Collemiers. C’est l’occasion d’observer un ciel étoilé sans le moindre nuage, ni lune. Curieusement les oiseaux chantent… eux aussi ont décidé d’aller jusqu’au bout de la nuit !

Nous retrouvons la route pour les derniers kilomètres. Ils sont au nombre de 4, en ville, et s’achèvent dans le Stade de la Convention sous les encouragements de l’infatigable Harry BIGNON ! Je termine en 11h48, derrière Ludovic POLLET et son chrono de 10h59, heureux d’avoir redécouvert ces paysages… Et surtout ravi de l’avoir fait soutenu par mon équipe qui m’a épaulé jusqu’au bout de la nuit !

The Trail Sens vu par les autres participants

Nous étions beaucoup sur les sentiers bordants Sens ce week-end, voici le ressenti de plusieurs des compétiteurs qui se sont alignés sur différentes distances.

David WAMSTERDavid WAMSTER, vainqueur 90km : « L’accueil et le départ des courses ont été organisé cette fois-ci en plein cœur de la ville à proximité des allées piétonnes pour le plus grand plaisir des participants et des accompagnateurs. Le jour du Trail coïncide également avec la foire de Sens. Les manèges forains contribuent à l’ambiance bon enfant de l’évènement. Malgré un bon coup de chaud, dû notamment à un manque d’hydratation, j’ai pu aller décrocher sereinement, grâce au soutien de ma famille, une deuxième victoire sur cette épreuve, et être suffisamment lucide pour répondre à l’animateur Harry Bignon ! »

 

Carole AMARGÉCarole AMARGÉ, aka la moitié des Lapins Runners, 3e féminine du 110km : « Je retiendrais ce magnifique départ devant la cathédrale, des bénévoles aussi sympas et serviables les uns que les autres… Je n’ai pas eu à remplir moi-même une seule fois ma poche à eau ! C’était aussi de très belles rencontres, et des paysages très champêtres. Contrairement à l’année dernière, la météo était très clémente et, de ce fait, le terrain bien plus praticable. L’accueil à l’arrivée par Harry Bignon a rendu cette course inoubliable. »

Ludovic POLLETLudovic POLLET, vainqueur du 110km : « Dès le départ l’ambiance était détendue, sereine, un calme royal ! J’avoue que j’aime ces ambiances relax car je suis quelqu’un de nerveux et d’un peu sanguin dans la vie, du coup ça me met dans de bonnes conditions. J’ai apprécié la gentillesse et la disponibilité des bénévoles aux ravitaillements ainsi que celle des commissaires aux différents carrefours. Pas facile de rester tard dans le noir pour faire la sécurité ! Puis les ravitaillements étaient copieux et complets ! Enfin avec l’arrivée avec Harry, ce sympathique speaker professionnel et original lors des ITW, ça donne un trail très sympa qui fut splendide sous ce beau soleil. J’ai vraiment pris beaucoup plaisir, un  vrai régal ! Merci le pays Yonnais. »

Mickaël DUPUIS

Mickaël DUPUIS (vainqueur du 60km): « J’adore cette course, c’est chez moi, à 200m de la maison ! Il y règne un état d’esprit particulier, où tout le monde se côtoie, amateurs comme favoris. Et cette année j’ai le plaisir de gagner le 60km ! Et pourtant, c’était un mois après le marathon de Rome où j’ai réalisé un chrono de 2h48. Maintenant c’est objectif les 80km du Mont Blanc ! »

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here