ITW – Gérard Augusty, l’esprit Trail des Antilles

    0
    3370

    En ce mois de Juin, va se courir une nouvelle édition de la TransKarukéra! Mais qu’est ce donc…? La course tire son nom de la traduction amérindienne de la Guadeloupe! Autrement dit, il s’agit là d’un Ultra sur la magnifique ile de la Guadeloupe! Mais attention, ne vous y fier pas…derrière des paysages tropicaux de carte postale, se cache un Ultra Trail terrible. 140k pour 10 000m de D+… Soit un D+ équivalent à l’UTMB, mais sur 20K de moins….

    Le décor est planté! Un balade qui va vous permettre de traverser l’ile, de Basse Terre à Grande Terre, en passant par des sentiers vertigineux, gras et à la végétation luxuriante. L’occasion d’en prendre plein les yeux! Mais à cela, il va falloir ajouter la difficulté d’un climat très chaud et humide en cette saison, et une course qui se cour principalement de nuit. Heureusement, les habitants de la Gwada (passionnés par le sport et très fier de leur patrimoine) seront là pour vous soutenir tout au long de l’épreuve.

    Parlons un peu de l’origine de cette aventure… C’est Gérard Augusty qui est à l’origine de ce projet un peu fou! Nous avons eu l’occasion de le rencontrer lors de la cérémonie de remise des dossards aux Abymes mercredi dernier.

    WT – Bonjour Gérard! Pourrais te présenter en quelques mots?

    GA – Bonjour. Comme beaucoup de sportif en Guadeloupe, j’ai commencé par jouer au foot. Puis j’ai découvert la course sur route et j’ai même eu l’occasion de courir une course. Mais rapidement, je me suis aperçu, que la course à pieds pouvait me permettre de sillonner ma région et retrouver les chemins que j’empruntais enfant. J’ai ainsi couru mon premier trail, il y a une dizaine d’années. Et, il y a eu la GuadaRun, le Tchimbé Raid (Martinique)… Par la suite j’ai voulu créer des courses dans l’esprit du trail, sur notre terrain de jeu. Un terrain qui permet vraiment de découvrir une région, un patrimoine, tout en laissant les sportifs s’exprimer sur un relief très difficile.

    TransKarukéra

    WT – De quelle course t’es tu inspiré pour créer la Transka?

    GA – J’ai beaucoup voyagé et j’ai découvert l’engouement et le plaisir des traileurs sur les courses. J’ai surtout voulu organiser la rencontre entre l’esprit trail, le gout de l’aventure et la bonne humeur, et une région qui se prête très bien à ce sport. La Guadeloupe, c’est  beaucoup de relief et des paysages à couper le souffle.

    TransKarukéra

    WT – Comment a était dessiner le tracé de la course?

    GA – Le parcours est réfléchi pour être technique, avec des passages réellement difficile et du Gros D+. Un parcours représentatif de notre région, sans aucuns compromis pour faciliter la performance. Cependant, il s’agit aussi d’un parcours qui permettra d’aller à la rencontre des habitants, afin d’échanger, de rencontrer et de garder les coureurs motivés par l’engouement des spectateurs.

    TransKarukéra

    WT – Et pourquoi n’y a t-il pas plus de coureurs Guadeloupéens sur la course?

    GA – Ici, le trail n’est pas encore très connu. Même, si il suscite beaucoup d’intérêt, c’est un sport qui est encore un peu considéré comme de la balade… « Les balades que font les enfants, pieds nus, dans la montagne ». C’est justement en communiquant sur notre course et en passant au cœur même des villages que nous souhaitons faire encore « plus » connaitre notre sport et peut être attirer des coureurs locaux sur nos sentiers!

    TransKarukéra

    WT – Quelle avenir pour la TransKa?

    GA – Tout d’abord rester cette belle organisation « familiale« , ou nous privilégions la qualité de l’accueil à la quantité de coureurs. Une épreuve qui se veut un peu « exclusive« . Un privilège de coureur et d’aventurier. Un vitrine de notre région. Cependant, nous souhaitons continuer d’apprendre afin d’améliorer encore notre organisation et la qualité de notre accueil!

    TransKarukéra

    WT – Pour terminer, quels conseils donnerais tu aux coureurs qui vont s’engager sur le 140K ?

    GA – Ahhh… (rires):

    • Partir doucement, vraiment doucement…. Laissez passer la première nuit, la course ne commencera que le lendemain matin.
    • Profitez de l’expérience des coureurs aguerris! Évitez de rester seul, vous éviterez ainsi de vous perdre.
    • Téléchargez le tracé de la course au format GPX, pour éventuellement pouvoir retrouver votre chemin.
    • L’alimentation… Pensez à manger, car l’épreuve est longue. Je vous conseil particulièrement la Patate douce (en tronçons cuits).
    • La deuxième frontale…Attention, ne pas prendre cette obligation à la légère. Il suffit de rencontrer une branche, un peu violemment, et de casser votre première lampe, pour réaliser la nécessiter d’avoir un deuxième éclairage de qualité.
    • Prévoyez un pantalon (léger) et une veste pour vous protéger des herbes hautes, très coupantes.
    • Et n’hésitez pas à vous rafraichir dans les rivières et les ruisseaux, ne sous-estimer pas la chaleur et les risques de déshydratation.
    • Mais surtout… Profitez du parcours, du paysage, de l’esprit TransKa!
    Les coureurs de l’édition 2018 à la cérémonie des dossards.

    Merci Gérard!

    Nous serons là sur la ligne de départ! Luca et moi-même, prendrons part à cette nouvelle édition, pour aller à la rencontre de ce défis entre végétation et relief!