TDS® – OCC : La Pologne et la Chine rentrent dans l’histoire de l’UTMB®

0
485

L’UTMB® fête pour la première fois de son histoire la victoire d’un athlète polonais sur l’une de ses épreuves. Hier soir en effet, Marcin Swierc (2e de la CCC® 2017) est entré dans l’histoire de la compétition en remportant la TDS®, à laquelle plus de 1 500 concurrents ont participé.

L’épreuve, longue de 123 km pour 6 800m de D+, a livré un scénario indécis jusqu’aux derniers kilomètres de course chez les hommes. C’est d’abord l’Américain, Dylan Bowman, qui a animé la première partie de course en imposant son rythme à ses poursuivants Pablo Villa (ESP), Dmitry Mityaev (RUS), Tofol Castaner (ESP) et Marcin Swierc (POL). Sous une météo instable et pluvieuse, qui a imposé un décalage de 2 heures du départ de l’épreuve et une modification de parcours, on a enregistré plusieurs abandons de favoris ou d’outsiders, tels que Hayden Hawks (USA), vainqueur de la CCC® l’an dernier, ou des Français Ludo Pommeret, Fabien Antolinos et Aurélien Dunand-Pallaz, récent Champion de France Trail long.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes sur scène, personnes debout et plein air

À l’abord du 100e kilomètre, aux Contamines, le quatuor de tête jouait toujours au chat et à la souris. C’est le récent vainqueur du High Trail Vanoise, Dmitry Mityaev qui repart du ravitaillement en tête, suivi de Dylan Bowman et Marcin Swierc à une minute. Les trois hommes de tête ne vont plus se quitter jusqu’à la ligne d’arrivée de la Place du Triangle de l’Amitié, pour s’offrir, après plus de 120km, un sprint dans les rues de Chamonix. À ce petit jeu, le Polonais Swierc se montre le plus tenace et devance finalement Dylan Bowman de une minute (13h24 contre 13h25 :02), devant un imposant fan club tout acquis à sa cause sur la ligne d’arrivée. C’est dans un mouchoir de poche que suit le 3e homme de cette TDS®, le Russe Dmitry Mityaev (13h25 :43).

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout, chaussures et foule

Sur la course féminine, c’est la Française Audrey Tanguy qui confirme sa bonne saison en l’emportant en 16h05, devant Rory Bosio (USA – 16h19) double vainqueur de l’UTMB® en 2013 et 2014. Pas vraiment une surprise en réalité pour Audrey, déjà 2e du 90 km du Mont-Blanc cette année, derrière Mimmi Kotka (SE). Caroline Benoît (FR) termine pour sa part à la 3e place (17h18).

Jeudi matin, c’est au tour de 1 500 coureurs de s’élancer d’Orsières, en Suisse, pour 56km et 3 500m D+, jusqu’à Chamonix. Un format de course tonique sur cet OCC, qui va faire entrer dans l’histoire son vainqueur. C’est en effet le Chinois Erenjia Jia qui s’impose en 5h28 ; il devient ainsi le premier représentant d’un pays où le trail running est en plein développement. Il inscrit son nom au palmarès, pour sa 2e course sur le continent européen. Au terme d’une course menée en tête de bout en bout, le coureur Chinois s’impose devant l’Espagnol Santiago Mezquita (5h34) et le Français Kevin Vermeulen (5h35:54). Chez les filles, la Néo-Zélandaise, Ruth Croft, vainqueur du marathon du Mont-Blanc cette année et de la CCC® en 2015 domine la course féminine, en terminant 18e du scratch en 5h53.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, plein air

En fin de journée, tous les yeux sont tournés vers l’hôtel le Majestic, où se tient la conférence de presse d’avant course de l’UTMB®. À quelques heures du départ de cette 16e édition (vendredi à 18h), tous les favoris et favorites sont réunis pour un dernier moment d’échange. Kilian Jornet, Jim Walmsley, Luis Alberto Hernando, Zach Miller, Tim Tolleffson, Xavier Thévenard, Mimmi Kotka, Caroline Chaverot : quasiment aucun des meilleur(e)s ultra trailers et traileuses du moment ne manquent à l’appel de cette édition 2018, qui s’annonce une nouvelle fois épique et grandiose. « Je me suis préparé pour pouvoir mieux affronter la nuit cette année », a dit Jim Walmsley, très attendu au tournant cette année, après sa 5eplace de 2017. « Je suis resté davantage aux États-Unis également pour peaufiner ma préparation, et arrivé en Europe, j’ai pu me concentrer uniquement sur mon affûtage». Kilian Jornet, lui, tentera de décrocher une 4e victoire historique. Même s’il assure ne pas courir pour cela. « Cette année, je cherche avant tout à varier les formats et à y être performant. Je ne cours pas spécialement après un record, de victoire ou de temps » assure le coureur catalan, 10 ans après sa première victoire à Chamonix.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, personnes debout

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here