TEST – SKECHERS GoRun 4

0
577

Me voilà équipé d’une chaussure SKECHERS pour aller manger du bitume.

Cela tombe bien, en période hivernale c’est ce que je péfère car je travaille davantage mon rythme de course et je me fais des séances de seuils et de fractionnés bien plus intenses que sur les chemins. Donc, c’est parti pour plusieurs semaines de matraquage de macadam pour tester les GoRun 4.

Fiche technique :

  • Drop de 4 mm
  • Mesch aéré
  • Protection de la voûte plantaire grâce à la technologie M-Strike
  • Toe Box plutôt spacieuse
  • Poids: 240 g en 44
  • Types de coureurs: – de 75 kg
  • Tarif: 110 € en dehors des soldes

En pratique :

Dès les premières foulées on se sent vraiment bien dans ce modèle. En effet, l’avant du pied est assez large pour laisser de la place aux orteils. Mais ce qui est vraiment agréable c’est le confort dû à une semelle qui absorbe parfaitement les impacts. L’absence de gomme la rend parfaitement silencieuse.

En détail :

Grâce à la technologie M-Strike la voûte plantaire est protégée lors de la pose des appuis au sol et permet de favoriser la foulée médio-pied. Le drop de 4 mm permet également une pose de pied plus à plat qu’avec d’autres modèles ce qui me ravit. La semelle de propreté peut être retirée pour optimiser la notion de minimaliste avec ce modèle. Bon j’avoue très honnêtement que j’ai préféré m’abstenir pour éviter tout risque de traumatismes.

Mon verdict :

La Go Run 4 est un modèle très polyvalent car il m’a permis de faire des séances sur piste, en allant du 400 mètres au 1 500 mètres. Mais aussi de faire des côtes courtes, longues, du seuil de 10 à 20 minutes. Ainsi que de simples sorties longues à allure modérée. Elles sont donc dynamiques et très joueuses mais avec un excellent amorti. Par contre elles ne seront pas des plus performantes pour aller chercher un chrono sur un 10 km ou un semi-marathon. D’ailleurs Celui qui voudra se tenter sur marathon avec ce modèle ne devra, à mon sens, pas dépasser les 70 kg. Je suis quand même un peu sceptique sur la durée de vie de la semelle, qui, en l’absence de gomme, permet d’être très silencieuse à chaque appui mais voit son usure être accentuée. A voire….