TEST – Shoes KINABALU by SCOTT «Une américaine à l’assaut des sommets européens».

0
866

La philosophie de Scott depuis près de 60 ans est restée la même : l’innovation. Aucun compromis ni aucune conciliation n’ont été faits sur la recherche et le développement, que ce soit pour les élites ou les amateurs à la recherche de la victoire ou pour atteindre un sommet et terminer un ultra. En 2006, la marque engage un laboratoire de recherche et développement de Portland, dans l’Oregon, afin de créer toute une gamme de chaussures mixtes de course hautement performantes.

J’ai la chance d’avoir entre « les pieds » la treizième génération, et aux premiers essais, je peux dire que la marque est fidèle à son histoire, innovante et performante.

Scott 2018 KinabaluFiche technique :

  • Gomme conçue pour une accroche sur terrain humide
  • Renfort de protection des orteils sans couture
  • Maille légère
  • Languette rembourré de 2cm
  • Semelle intermédiaire eRide pour favoriser une position de course plus dynamique, réduisant l’impact du talon au sol.
  • Drop : 8mm
  • Existe en deux coloris : black / orange black
  • Poids 320gr
  • Prix : 150€

Premières impressions :

Je dois dire que « le design détonne », qu’elles claquent! Les couleurs oranges et noires ne me laissent pas indifférent. Les shoes sont logotées avec subtilité sur la languette et l’avant du pied. Tandis que sur le talon extérieur, la marque en impose avec un gros « SCOTT » en noir sur fond orange accompagné discrètement du « Kinabalu » en orange sur fond noir. On penserait à une formule 1 avec ses sponsors! La semelle me donne l’impression d’un pneu hiver, son épaisseur rassure sur le futur amorti et le grip va faire pâlir les concurrentes. Autre très bonne impression, sa languette en surépaisseur de 2cm.

A quelques semaines du Grand raid des Pyrénées, je vais pouvoir la tester sur les sentiers forestiers parisiens pour vérifier la promesse de la marque, son dynamisme. Mais également en montagne pour son côté accrocheuse. Quelques kilomètres en perspective et beaucoup d’heures de plaisir.

En pratique :

D’aspect extérieur et en tordant la chaussure dans touts les sens, celle-ci présente une rigidité contrôlé qui laisse présager une certaine stabilité et donc de la sécurité. En chaussant ces Kinabalu, je suis surpris par le confort intérieur qui tranche avec l’extérieur. La chaussure prend la forme de mon pied, le mesh se détend et le laçage est précis et ne me laboure pas le « releveur » grâce à sa languette rembourrée. Je me sens en sécurité avec une sensation de pieds moulés dans la chaussure.

« On entre tout de suite dans le vif du sujet avec une séance longue de 30 km programmée dans nos forêts parisiennes. »

Les premiers hectomètres sont avalés assez rapidement malgré une séance de vélo la veille de plus de 100km. Je suis d’ailleurs assez surpris, l’attaque médio-pied accroit considérablement le dynamisme. J’ai cumulé lors de cette séance 1000D+ sans jamais perdre l’accroche malgré certains « pentus » bien raide. Le bilan de cette première sortie est concluant, de bonnes sensations, aucuns échauffements, pas de douleurs particulières malgré une longue séance et un testeur difficile!

J’ai pu découvrir un aspect qui doit être mis au premier plan. Lors d’une grosse sortie montagne, j’ai pu amener cette Kinabalu dans des sentiers très techniques. J’ai pu sans la moindre hésitation ni appréhension descendre sur ces terrains typés montagneux grâce à la précision de la chaussure. C’est là, selon moi son point fort, son atout caché, appelé le comme vous le voulez, je n’ai jamais été aussi à l’aise en descente. Je n’ai pas la réputation d’être un bon « descendeur », et pourtant personne n’arrivait à suivre mon rythme. (Bon je l’ai payé plus tard mais ce moment fût très grisant).

Le drop de 8mm couplé à cette fameuse semelle est une association redoutable. Les relances sont exceptionnelles. L’accroche, même sur pierre mouillée lors d’une descente à travers une rivière, ne m’a pas fait défaut. Après plus de huit heures de sortie  40km et près de 4000D+ mes pieds sont comme au départ. Je suis joueur, j’ai donc testé son amorti lors d’une séance d’escaliers. Son dynamisme ne fait pas défaut et son amorti sur ces marches en bitume me sécurise malgré des descentes sans ménager ces montures.

« Les Kinabalu se sont avérées très joueuses lors de séances spécifiques de montées/descentes, un régal! »

En détail :

Avec une pente (talon/pied) de 8mm couplé à une tige légère (mesh sans couture), cette Kinabalu est sans nul doute la chaussure la plus polyvalente de la gamme de la marque. Elle peut s’exprimer et être performante sur courte comme sur longue distance.

A noter qu’il existe deux autres versions dans la gamme Kinabalu:

La Kinabalu Power
  • Structure de maintien externe
  • Structure de stabilisation externe

Le poids évolue légèrement pour atteindre 350gr contre 320gr

La Kinabalu Power version GTX
  • Technologie Gore-tex

En conclusion :

J’ai adoré courir en Scott Kinabalu, la marque a totalement respecté son histoire par son innovation et son souci de performance. Elle a également tenue sa promesse de dynamisme.

 « Ce premier test chez Scott, est sans nul doute une révélation pour moi, j’ai tout aimé dans cette paire de « shoes »: son côté sportif comme son design, car oui nous sommes des sportifs amateurs, mais courir avec style c’est de plus en plus porteur, et Scott a tout compris car ils ont su allier design et performance. »