TEST – Maintien et confort, les qualités féminines de DNAmic by SKINS

0
975
SKINS DNAmic

Après avoir passé en revue la gamme SKINS DNAmic homme, voici donc son équivalent pour femme, composée d’un débardeur et d’un short sobres, et de manchons très funky !

Fiche technique

  • Oxygénation des muscles
  • Réduction des vibrations
  • Maintien de l’alignement musculaire
  • Warp Knit, matière ultra-respirante
  • Protection UV 50+
  • Prix : débardeur 60€, cuissard 70€, manchons 40€

SKINS VALPremières impressions
Mon œil s’est spontanément dirigé vers le débardeur. Son dos croisé, synonyme d’un maintien optimal du buste, son côté très féminin et la qualité du textile m’ont inspirée. Nommé Warp Knit, ce dernier est vraiment très léger et agréable au toucher. Les manchons, très voyants, sont eux aussi composés d’un maillage étonnamment très fin et doux. Quant au cuissard, la légèreté et la douceur de sa matière en viennent presque à me faire douter de ses capacités compressives et récupératrices vantées par la marque !

Hormis pour ses manchons jaune fluo, SKINS a choisi la sobriété pour le débardeur et le short, avec un noir qui n’est vraiment pas pour me déplaire… Nous le savons toutes : le noir ça affine la silhouette !

En pratique

Pour pouvoir me faire un avis sur l’ensemble, j’ai testé chacun des produits séparément. Le débardeur a eu le droit aux sorties longues de 2h30. Le short et les manchons ont hérité des séances fractionnées courtes et longues. On était à la fin de ma préparation pour le marathon de Bordeaux et c’était parfait ! J’avoue qu’au bout de 8 semaines d’efforts intenses, je ne suis pas contre un petit coup de pouce en terme de récupération pour terminer les quelques séances qu’il me reste !

SKINS VAL

Je dois reconnaître que j’ai eu quelques difficultés pour revêtir et retirer le débardeur. Mais au final, il m’était parfaitement ajusté. J’ai été très vite conquise par la brassière intégrée qui a su apporter un excellent maintien de ma poitrine (qui a subit trois allaitements), et du dos dès les premiers kilomètres. De plus, la matière du top est aussi agréable au toucher qu’à porter.

Le short, doté des mêmes composants textiles que le débardeur, est, lui, beaucoup plus simple à enfiler. Rien à dire sur le confort procuré et la douceur du maillage est vraiment agréable. J’ai apprécié l’absence de frottement qu’il provoquait. J’ai également aimé la liberté de mouvement qu’il me laissait pour développer l’amplitude de ma foulée… Ce n’a pas toujours été le cas avec d’autres shorts compressifs de marques concurrentes.

Les manchons quant à eux, s’enfilent avec une grande facilité et ils sont si doux qu’ils se feraient presque oublier ! Un confort qui se retrouve sur le terrain. Le maintien du mollet est incontestable sans que l’on ressente de pression sous le genou et à la cheville. Après course, je n’ai eu aucune crampe ni courbature à déplorer.

En définitive

Au même titre que le short homme, celui pour femme est particulièrement bien ajusté. Il serait presque parfait s’il ne lui manquait pas une poche pour embarquer un petit quelque chose à grignoter. C’est dommage, il faudra donc trouver une planque pour sa pâte de fruit ailleurs ! Je regrette aussi un peu le manque de féminité dans la coupe du short, trop masculine à mon goût.

SKINS VALLes manchons m’avaient quelque peu déroutée, mais ils se sont finalement avérés efficaces lors de mes dernières sorties avant le marathon. Une logique et légère fatigue musculaire se faisait ressentir… Cependant, il m’est difficile de les qualifier d’indispensables, mais je pense qu’ils ont été une aide supplémentaire quant à ma récupération musculaire et tendineuse.

Enfin, en ce qui concerne le débardeur , le dos et la poitrine sont efficacement maintenus sans que la matière ne bouge ni ne remonte. Garanti zéro pli et zéro frottement, l’appellation « seconde peau » est tout à fait justifiée ! Il participe activement au maintien du buste, ce qui signifie par conséquent une meilleure foulée.

Mon verdict

Avec sa gamme DNAmic, SKINS a indéniablement progressé depuis ses débuts ! Ces pièces compressives n’en font pas trop et allient à la fois technicité, confort et optimisation de la récupération.

Test réalisé par Valessa Oliveira