TEST – Les Yaktrax Pro, ou quand stabilité rime avec accroche

0
869

L’hiver est maintenant bien présent et nous sommes particulièrement gâtés avec les chutes de températures et la neige. C’est embarqué sur la SaintéLyon, que je vais avoir l’occasion de découvrir et tester les Yaktrax Pro. Cela tombe bien, cette année la 64ème édition est fidèle à ce qui a fait sa réputation, de la neige, du verglas, et des températures polaire…

C’est donc confiant que je me présente sur la ligne de départ. Les Yaktrax Pro accrochés à mon sac, mais les Yaktrax c’est quoi ?

Fiche technique

  • Chaines pour courir dans la neige
  • Fermeture par un scratch
  • Une centaine de points d’accroches multidirectionnels pour une stabilité maximale (longitudinale et transversale)
  • En élastomère de haute résistance (mémoire de forme)
  • Fixation sous les chaussures de ski
  • Fixation et retrait en quelques secondes
  • Poids: 30Gr (x2)
  • Prix : 29 euros

Premières impressions

Ne connaissant pas le produit, il me faut quelques minutes pour trouver la droite de la gauche. Ce qui me surprend c’est que je reste quand même septique sur l’accroche que cela peut avoir sur la neige. L’élastomère me semble fin par endroit et je doute sur sa résistance. Une fois mis aux pieds c’est la tenue et la stabilité qui me frappe.

En détail

Les Yaktrax sont fabriquées dans un mélange de caoutchouc naturel à 100% conçu pour une durabilité et une résistance accrues. Doté d’une centaines d’anneaux en torsade formant des points d’accroches multidirectionnels, l’ensemble de la semelle est bien couverte. Bien réparti sur tout l’ensemble ça promet une accroche et une tenue parfaite sous le pied.

En pratique

Je suis partie sur la course sans pouvoir les essayer avant pour pourvoir me familiariser avec. Mon sac déjà chargé difficile de leur trouver une place. Les velcros me seront utile du coup pour les accrocher sur le côté du sac. Les premiers kilomètres dans la neige se passent sans embûches et les semelles font le travail. Après le 1er ravitaillement et une très grosse chute, sans blessure mais avec une belle frayeur, je décide de les mettre. Au début j’ai mis moins de 2 minutes à les mettre (pour une première fois je trouve que ça va).

La neige et le verglas sont bien présent et les températures polaire aussi. Confortable et surpris par l’accroche, je suis en confiance. Je suis dans ma course, pas préoccupé par le fait de glisser mais très vigilant aux autres coureurs qui eux glissent, chutent lourdement. Je suis content de les avoir aux pieds et ne me cache pas pour le dire à ceux que je rattrape de justesse avant de chuter notamment dans les descentes. Stable j’en profite pour aider quelques coureurs à descendre, c’est ça aussi l’esprit trail. Je ne constate pas de bourrage, d’accumulation de neige ou de glace, quel bonheur.

J’appuie fort sur mes appuis, mais après 30 kilomètres dans le verglas, la neige et quelques transitions de bitume recouvert d’une fine couche de neige par endroit, les Yaktrax se détruisent peu à peu. La partie supérieure de l’avant du pied remonte sur le mesh. Je n’est pas pris le temps nécessaire pour les retirer et les préserver entre les transitions, … à tord.

Soucieux de ne pas me blesser, je les ai gardés dans les descentes givrées et boueuses avec de la roche. A ce moment je double énormément de monde, quand d’autres descendent sur les fesses. L’accroche est terrible et je prends vraiment du plaisir à envoyer. Je dois juste réajuster de temps en temps les crampons après avoir cassé les points de croisements des anneaux.

On arrive sur des portions ou ce n’est plus utile de les mettre. Je retire les Yaktrax rapidement et pour le fun ne jouant pas le classement ou une victoire, je décide de voir combien de temps il me faut pour les remettre. La fatigue est bien présente, les jambes sont lourdes et il fait très froid, malgré tout ces éléments et des Yaktrax un peu abimés il me faut à peine plus d’une minute pour les fixer. Avec un peu d’entrainement en moins d’une minute, on peu fixer l’ensemble. Je suis bluffé et je file vers la ligne d’arrivée le sourire aux lèvres.

En conclusion

Pour ma première Saintélyon (récit de course), les Yaktrax ont joué un rôle majeur pour que je sois finisher. Pour être honnête et transparent je pense que sans eux ma course se serait terminé au 41 km à Saint-Genou.

« En cette saison hivernal pour ceux qui cherche de la stabilité, une tenue et une accroche parfaite dans la neige en plus de vos chaussures, n’hésitez pas une seconde les Yaktrax Pro sont les crampons supplémentaire qu’il vous faut. Simple, rapide à mettre et peu encombrant, ils seront un allié indéniable sur vos courses d’hiver ou en randonnée, mais dans la neige pour ne pas les détruire. »