TEST – Le sac d’hydratation HYDRAGON® Pulse™ 7L

0
3222
Oxsitis

Le choix d’un sac reste difficile. L’offre n’a jamais était aussi large. On retrouve plusieurs courant : les sacs classiques, les gilets, bidons devant, poche à eau dans le d’eau…

Un point semble toutefois important. La qualité des produits s’est véritablement améliorée. Il ne semble pas il y avoir de mauvais sac. Mais la problématique tourne maintenant autour d’une autre question : « quel sac correspond le mieux à ma pratique ? »

Utilisez-vous le même sac à l’entrainement qu’en compétition ? Souhaitez-vous privilégier le poids ou l’ergonomie ? Pour tenter de vous aider dans votre recherche du produit idéal, nous avons testé le sac d’hydratation HYDRAGON® Pulse™ 7L d’OXSITIS. Voici notre verdict.

OxsitisFiche technique

  • Matière : RIPSTOP ultralight et résistant,
  • Volume : 7 litres de rangement,
  • Contenance : Poche à eau 1 ou 2 litres (non-fournie),
  • Poids : 175 g,
  • Easy Fix Pole control™ système de porte bâtons,
  • Fabrication : Conception Française – Sac confectionné en Asie.
  • Prix :

Premières impressions

Un produit OXSITIS, c’est un peu comme découvrir un petit bonbon acidulé dans son emballage. Avec ses couleurs fun (ou criardes, c’est au choix), ce petit sac semble très léger. Et effectivement, avec ses 175g, il joue dans la catégorie « poids plumes ».

Les finitions sont soignées. Aucun fils de dépassent. Mais la toile me parait tout de même fragile pour du matériel de trail (on va vérifier cela). Plusieurs poches sont disponibles sur les bretelles, dont deux poches pour des flasques et des poches plus petites pour votre MP3 (ou votre téléphone), ainsi que de la nourriture. L’intérieur du sac est fidèle à l’esprit OXSITIS, avec de nombreux rangements, vous permettant vraiment de ranger vos petites affaires et ainsi de tout retrouver facilement même lors d’une course entre fatigue et empressement.

En pratique

Afin de me faire une opinion, je vais « trainer » ce sac avec moi un peu partout (et quitter mon porte bidon habituel). Il me suivra de ma préparation SaintéLyon à ce début de saison, entre montagne et chemins forestiers.

OxsitisLe point fort de ce sac est l’ergonomie des volumes. Malgré son faible poids, les espaces de rangement sont très bien placés (facilement accessible) et permettent même dans une urgence certes relative, de s’y retrouver vite et bien, malgré le stress qui accompagne souvent les courses.

Dans mon cas, je l’utiliserais particulièrement avec ses deux flasques sur les bretelles. Cependant le sac est prévu pour recevoir une poche à eau supplémentaire, si besoin. Particularité, pour ceux qui ont connus l’ancienne version, il est maintenant doté d’un sifflet intégré sur le clip avant supérieur et de nouvelles poches lycra (autour des poches à flasques).

En détail

OxsitisDès le premier entrainement, j’ai pu constater la place disponible et la multitude de rangements. Ce qui est vraiment très appréciable pour s’y retrouver vite, mais aussi éviter les phénomènes de ballotement. Après quelques kilomètres nécessaires au réglage des bretelles, le sac ne bouge plus et n’émet aucuns chuintements désagréables.

OxsitisMes flasques souples (modèles OXSITIS 500ml) se logent parfaitement dans les poches pectorales. Ces dernières permettent d’ailleurs de boire sans devoir retirer la flasque de la poche. Ce qui est un gain de temps non négligeable dans les parties technique. J’embarque très facilement avec moi 3 barres de céréales et 150gr de Pain du Montagnard qui je réparti dans les poches, ainsi que mon MP3 qui ne me quitte que très rarement durant mes séances longues.

La conception du sac en RIPSTOP (ultralight et résistant d’après la fiche technique), me laissait un peu perplexe. En effet si le gain de poids est indéniable, je craignais que la toile soit « fragile » et que dès le premier passage à proximité d’un roncier, ce soit la catastrophe ! Et bah, non ! C’est résistant, et même très résistant, et c’est bien pour ça que le RIPSTOP est utilisé pour la fabrication des voiles de bateaux et des parachutes ! J’ai tout de même réussi à faire un accroc (en vélo suite à ma rencontre fortuite avec une branche, qui a vite fait de prendre le dessus).Oxsitis Fait intéressant l’accroc ne s’agrandit pas malgré le poids dans le sac et la toile résiste très bien ! Il reste que la désirabilité du RIPSTOP est limitée. En cas de forte chaleur, vous risquez de transpirer beaucoup (évitez donc de mettre votre téléphone directement dans le sac, mais utilisez un sac congélation, qui évitera la création de buée à l’intérieur).

Lors de mes séances en altitude j’ai également testé le système de fixation des bâtons, Easy Fix Pole control™, encore une fois j’ai recherché les trois critères qui me sont chers :

  • Rapidité de mise œuvre, afin de ne pas perdre de temps lors du rangement des bâtons.
  • Simplicité, car avec les kilomètres vient la fatigue, et notre capacité d’analyse s’érode au fil du dénivelé.
  • Fiabilité, Les bâtons doivent ne pas pouvoir bouger, ne pas me gêner et ne pas balloter.

Contrat rempli ! Mes bâtons sont restés facilement accessible, mais leur présence ne m’a pas gêné.

En conclusion

Un sac polyvalent, qui avec sa capacité maximum de 7 Litres, vous permettra de faire face à une grande plage de situations. De plus, voici enfin 7L réellement exploitable sans tout « jeter » dans votre sac. Les rangements intérieurs (signature de OXSITIS) vous assure de pouvoir tout retrouver facilement (à condition tout de même d’avoir rangé avant d’aller courir).

OxsitisDe par son poids, il satisfera autant les « performers » que les « finishers ». Offrant la possibilité d’opter pour des flasques ou une poche à eau, il vous faudra tout de même acheter cet accessoire en supplément du sac. Ce sac peut tout de même paraitre limiter pour s’engager sur un ultra Trail à la liste de matériel obligatoire imposante (UTMB…).

Un sac bien « pensé », léger, avec une réelle capacité de portage. Un matériel idéal pour vos séances longues, trail jusqu’à 100km, mais aussi pour vos séances d’entrainement croisés telles que VTT, Ski de rando ou encore Raquette.

Crédits photos @Lionel LETERME WonderTrail.