TEST – Démarrez la rentrée du bon pieds avec la HOKA Tracer

0
954
Hoka Tracer

Parmi les dernières arrivées au rayon route de la marque Hoka One One, figure la Hoka Tracer qui décontenance dès le premier regard, par son poids plume et son profil plutôt félin. Passons de suite au peigne fin cette chaussure de running qui va en surprendre plus d’un(e) !

 

FICHE TECHNIQUE

  • Foulée : universelle, attaque médio-plantaire, et possible par l’avant du pied
  • Usage : piste et route sur des courtes distances (du 5000m au semi) en entrainement et compétition.
  • Morphologie du coureur : gabarit léger (< 80 kgs)
  • Poids : 160 grs (en 38 1/3)
  • Drop : 4 mm (talon :17 mm / méta : 21 mm)
  • Profil de semelle incurvé sous les métas commençant vers l’arrière du pied
  • Prix :130 €

PREMIÈRES IMPRESSIONS

A l’ouverture de la boîte, c’est assurément la grande surprise avec les Tracer ! On est très loin des modèles aux semelles oversize qui ont fait la popularité de Hoka. Le poids plume (160grs) de cette running 100 % route est à vous couper le cardio. Bref, au premier regard, elle donne vraiment une impression de légèreté et de fluidité doublée d’un look très racé avec son avant-pied très fin.

Hoka Tracer

La semelle extérieure de la Tracer est très éloignée de celles de ses consœurs donc. Elle a fait l’objet d’un sérieux rabotage et s’avère plutôt lisse avec une accroche minimaliste.

 

 

Quant au coloris,  la marque a opté pour des couleurs plutôt acidulées avec notamment un rose fuschia associé à un jaune citron pour le modèle femme et un dégradé de bleu pour ces messieurs.

EN PRATIQUE

Hoka TracerS’agissant d’une running destinée uniquement pour le bitume, j’ai donc réalisé la quasi-intégralité de mes sorties sur la route, les pistes cyclables ou bien encore ma piste d’athlé avec son revêtement en terre battue.  Comme j’aime pousser les chaussures jusqu’à leur limite, je me suis tout de même aventurée une fois sur les chemins caillouteux et sablonneux qui, je le confirme, ne sont pas leur terrain favori.

Afin de mesurer la solidité entre autre de la tige qui me paraissait au premier abord un peu (trop) fine, je me suis autorisée à les tester longuement sur 3 mois. Elles ont ainsi parcouru plus de 400 kms répartis sur environ une trentaine de sorties.

EN DÉTAILS

Hoka TracerJ’ai testé les Tracer uniquement lors de mes entrainements, n’ayant pas eu l’occasion de faire de compétition durant plusieurs mois. Qu’importe, elles ont vécu, sur des durées allant d’1h00 à 1h45, toutes les différentes sorties possibles en course à pied à commencer par mon fractionné court « maison ». Ce dernier consiste à enchainer en continu 30 accélérations de 30 secondes entrecoupées de 30 secondes de récupération le tout sur bitume.

J’ai été de suite conquise par le dynamisme de la semelle extérieure. L’accroche au sol est parfaite et suffisante et le rebond vraiment excellent. Avec la Tracer l’attaque par l’avant du pied se fait très facilement, ce qui confère une légèreté supplémentaire à la foulée. C’est d’ailleurs avec elle, que mes progrès en matière de vitesse se sont fait ressentir au cours de ces derniers mois. Je lui en suis infiniment reconnaissante !

Je l’ai également emportée sur mes séries de 200m cette fois sur la piste d’athlé. Comme sur le bitume, elle s’est montrée très efficace et a très probablement contribué à l’amélioration de ma foulée que je trouvais bien top rasante. L’amorti est de très bonne qualité même s’il se ressent moins que sur les autres modèles Hoka, comme la Clifton. L’effet de propulsion et de rebond est bien présent. On le doit notamment à la semelle incurvée partant des métas jusqu’au talon.

Enfin la Tracer m’a accompagnée au cours de sorties « longues » n’excédant pas la vingtaine de kilomètres. Cette running est idéale pour des distances plutôt courtes allant jusqu’au semi. Au-delà, elle risque d’engendrer une fatigue tendineuse et musculaire notamment pour celles et ceux qui connaissant quelques fragilités sur la route, qui demeure une surface « agressive ».

La cheville reste parfaitement maintenue de son côté, quel que soit le type d’exercice.

L’ensemble de mes tests ont été réalisés au cours des saisons printemps-été, durant lesquelles il a fait plutôt chaud avec des températures parfois caniculaires. Cela a été l’occasion de valider l’excellente respirabilité du mesh. Pas de sensations d’humidité ou de moiteur aux pieds à déplorer et il n’y a pas à dire, c’est vraiment agréable quand on rentre la tête déjà dégoulinante !

J’ai pris garde de prendre 1/3 de pointure supplémentaire pour un confort optimal. Ainsi je n’ai pas été victime d’échauffement ni d’ampoules en tout genre.

Avec ces coutures thermocollées, j’ai eu un doute sur la durabilité de la tige que je trouvais vraiment très fine. Je craignais que les coutures ne cèdent prématurément. Mais au fil des kilomètres, la Tracer a fait preuve d’une résistance à toute épreuve, et la tige est restée parfaitement intacte.

EN DÉFINITIVE

La Tracer rassemble toutes les qualités requises pour une chaussure de route, à savoir : un drop à minima de 4mm, de la légèreté, du dynamisme, du grip et un parfait rebond. Avec un amorti au talon suffisant pour des distances courtes et moyennes, elles offrent un mesh vraiment confortable et particulièrement souple. Elles raviront les coureurs au gabarit plutôt légers avec une attaque par l’avant ou médio-pied. En revanche je la déconseille pour les runners qui voudront s’essayer au marathon, au risque de manquer d’amorti sur les derniers kilomètres. Attention à ne pas l’embarquer non plus sur vos chemins de trail préférés, la Tracer n’est pas conçue pour !

MON VERDICT

La Tracer est sans aucun doute à la pointe de ce qui se fait de mieux actuellement en matière de running pour les courtes distances. Si j’ai un temps douté de sa durabilité compte tenu de son étonnante légèreté, j’ai été ensuite rassurée et très satisfaite de ses capacités à tenir la route et ce, après plusieurs centaines de kilomètres sur le bitume. Elle est devenue la compagne de mes sorties de type fractionné et sera ma partenaire sur mon futur semi-marathon.

« La Hoka Tracer figurera très certainement comme l’une des runnings star de la rentrée 2016-2017, tant elle cumule les bons points. Très bonne élève elle apportera certainement de bonnes notes à vos chronos ! »

Hoka Tracer

« Now, it’s time to fly ! »

Photos crédits @Valessa