TEST – Les shoes de running DISTANCE D3 by Salming

0
292
Salming D3

Salming est une marque Suédoise, encore peu connue dans le domaine du running en France (mais les modéles Salming Trail commencent a être bien présentes sur les lignes de départ). Nous vous avons déjà présenté sur Wondertrail la version Trail les Salming T2. Ici nous nous sommes attaqués aux chaussures de route D3 destinées selon la marque à la longue distance.

Mon profil :  une nana petit format, coureuse route et trail, 152cm et 46kg.  Chaussures portées sur 10km jusqu’à 15km et surtout basculée sur le fractionné que ce soit sur bitume et sur piste.

Quelques tests sur chemins ne se sont pas avérés adapté à la morphologie de la chaussure!

Salming D3Fiche technique

  • Poids:  180 g (5,5 UK)
  • Drop :  5 mm

 

Premières impressions

Quand j’ouvre le paquet, je souris. Au premier regard, je découvre une chaussure au design flashy rose orange jaune fluo et bleu. Les Salming D3 ne passent pas inaperçues ! Mais qu’importe, en course à pied, plus ça se voit, mieux c’est! N’est-ce pas ?  Je les chausse dans la foulée, curieuse de découvrir la marque.

Légères et efficaces, la chaussure Salming D3 répond à sa réputation. Un chausson confortable qui épouse la forme du pied. Mes pieds fins en sont ravis, le maintien à la fois souple et proche du pied me rassure. Et une belle surprise quant à la légèreté, car elle est réelle !

« Reste plus qu’à aller tester sur le terrain ! »

Salming

En pratique

Ça tient la route (ou la piste !)

Avec un drop de 5mm, la chaussure impose une foulée naturelle à laquelle j’étais déjà habituée avec d’autres marques. A l’échauffement comme sur la piste, le chausson reste souple et la semelle réactive annonce une séance dynamique. Mes mollets ont intérêt à être en forme !

Je me lance donc cette saison sur un test avec plusieurs types de séances : footings 50’ à 1’, séances bitume fartlek et fractionnés bien appuyés sur piste, ainsi quelques sorties approchant les 1h30.

Salming

Sensations au rendez-vous

Sur l’ensemble de mes séances, la chaussure tient la route et offre un réel plaisir lorsque la forme est là. Donc attention aux sensations de fatigues qui demandent peut-être de basculer sur un modèle de la marque plus « amortissant » !

Au fil des séances, je décide donc de les garder pour mes fartlek et séances de VMA sur route et piste. Sur temps secs ou mouillés (même si à Marseille il n’y en a pas tant que ça ☺ ), la semelle accroche le sol et relance sans s’inquiéter du dérapage. Cela demande des appuis sûrs, et j’ai donc évité les sentiers de cailloux où la première sortie m’avait limitée en me faisant ressentir le relief du sol.

Salming

Conclusion

Après un peu plus de 160km, je cours toujours avec les Salming D3 ☺. Dynamiques et stables, je les sors principalement sur mes séances de fartlek et fractionné, où leur légèreté et leur drop minimaliste répondent à mes attentes de vitesse et de réactivité. J’ai été moins fan sur les sorties longues d’1h30 où les chaussures n’offrent aucun repos, mais peut-être que des coureurs plus habitués au drop 0 ou à la légèreté y trouveront un bon compromis !

« Une chaussure qui permet de redécouvrir sa foulée! La chaussure idéale pour se faire une séance explosive! »