Premier de cordée de Roger Frison-Roche

    0
    320

     

    Premier de cordée parle d’un jeune homme, Pierre Servettaz, qui vit à Chamonix dans les années 1920-1930. Le garçon aimerait exercer la même profession que son père : Guide de haute montagne. Mais son père Jean refuse qu’il prenne autant de risques. Il est donc en formation d’hôtelier et ne pratique la montagne qu’en tant que loisir. Un jour, son père part aux Drus où, avec le porteur Georges à la Clarisse, il accompagne un client américain, Bradford Warfield Junior. Un orage se lève pendant la montée, mais Warfield insiste pour continuer, disant qu’il a payé pour monter au sommet. Ils arrivent sans encombres au sommet, mais au retour, alors que l’orage se déclenche violemment, Jean est foudroyé sur une petite terrasse en contrebas. Georges, encore sous le choc, réussit à ramener le client sain et sauf, mais perd ses pieds, gelés pendant la descente. Une cordée part quelques jours plus tard pour tenter de récupérer le corps. Pierre décide de la rejoindre ; accompagné de ses amis, il se lance donc dans une escalade périlleuse.

    Premier de cordée

     

    Roger Frison-RocheRoger Frison-Roche

    Roger Frison-Roche est issu d’une famille savoyarde originaire de Beaufort-sur-Doron qui s’est installée à Paris pour tenir une brasserie, la famille des Frison-Roche possédant plusieurs bistrots et brasseries dans la capitale depuis la fin du XIXe siècle. Entre 1916 et 1920, il étudie au lycée Chaptal à Paris, puis quitte l’école en troisième et travaille comme coursier dans l’agence de voyage Thomas Cook dès l’âge de quatorze ans. Durant la guerre, il effectue plusieurs séjours à Beaufort qui éveillent en lui l’amour de la montagne. En 1924, il est le secrétaire des premiers Jeux olympiques d’hiver à Chamonix. Il commence également à écrire dans le journal Le Savoyard de Paris. Entre 1926 et 1927, il effectue son service militaire à Grenoble. En 1930, il réalise enfin son rêve en étant admis à la Compagnie des guides de Chamonix. Il est notamment le premier non Chamoniard à y être admis, malgré quelque difficulté à se faire « admettre » dans ce milieu très fermé des guides chamoniards. En 1943, les troupes allemandes arrivent dans Chamonix, Frison entre dans la clandestinité dans le Beaufortain. En 1944, il est officier de liaison auprès des FFI puis à l’état-major de la 5e demi-brigade de Chasseurs alpins. Ce passage de sa vie lui inspirera notamment Les Montagnards de la nuit (1968).

    En 1960, il s’installe à Chamonix où il construit un chalet qu’il baptise « Derborence ». Roger Frison-Roche meurt le à Chamonix où il est enterré.

    Fiche technique

    • Auteur : Roger Frison-Roche
    • Parution : Janvier 2012 (première parution 1942)
    • Roman
    • Genre Récit
    • Éditions « J’ai Lu »
    • Tarif: 6,80 €