CR – 80km de nature et de ville pour un ECOTRAIL intense

0
1424

Malgré l’arrivée du printemps, c’est avec un ciel gris et des températures très fraîches que 2500 coureurs s’étaient donné rdv à la base de loisirs de Saint Quentin en Yvelines le samedi 19 mars pour la course phare de l’Eco-Trail de Paris 2016 : les 80km.

Micke & XTOF Ecotrail de Paris 2016

J’y retrouve mon compagnon d’aventure, Micke (cf photo). C’est la première fois qu’il va se frotter à une Ultra distance urbaine, qui compte tout de même 1500m D+ ! Arrivés relativement tôt sur le site de la course, on profite de l’ambiance avant le départ. Entre excitation et appréhension, les coureurs se regroupent en musique sous l’arche.
Dans les favoris nous retrouvons Emmanuel GAULT, vainqueur de l’édition 2015, Yoann STUCK ou encore Jérôme MIRASSOU. La densité de prétendants au titre n’a jamais été aussi élevée sur cette épreuve ! Chez les femmes c’est Sylvaine CUSSOT, arrivée deuxième l’an dernier, qui fait preuve de grande favorite. Cependant, l’outsider Marion DELAGE semble aussi pouvoir s’imposer sur cette course particulièrement rapide.

Si j’aimerai bien faire une place honorable, Micke lui veut plutôt franchir la ligne d’arrivée. « Je me suis placé au plus près de la ligne de départ avec mon sac bien chargé, raconte-t-il (cf photo ci dessous). Laurent DESMET en a profité pour me demander si j’avais amené ma maison avec moi ! » Ahah ! Effectivement, sur son dos il a embarqué un pantalon, un manches longues, etc. Prévoyant le bonhomme !

Départ EcoTrail 2016

Dès le départ, et ce malgré l’envie de temporiser, la tête de course s’échappe très vite. Les premiers virages autour du lac s’enchaînent au tempo de Yoann STUCK qui semble vouloir prendre les commandes de la course. Un long peloton de coureurs va ainsi sillonner la base de loisir, direction Buc. Après plusieurs semaines d’entraînements, les sportifs de tous horizons (on croise des norvégiens, des marocains, des tchèques, etc.) ont l’esprit festif.

Le premier ravitaillement situé à l’école du Pré St Jean est rallié en moins de 1h30 pour les premiers (16km/h en moyenne). Pour ma part j’y arriverai au bout d’1h34, et Micke en 2h41. C’est l’occasion pour beaucoup de mes compères de retrouver amis et famille, et de profiter d’un buffet bien fourni. Fruits secs, barres de céréales, Tuc, chocolat, boisson gazeuse, et les grands sourires des bénévoles, tous à nos petits soins. Je fais le plein du sac, car je sais que je pars pour un peu plus de 30km en autonomie. De plus, la course s’enchaine maintenant sur une partie beaucoup plus technique.

ECT 3

Aux gré des bosses et des singles, nous retrouvons l’ambiance trail. Les sentiers forestiers nous font rapidement oublier la proximité de la capitale. Le terrain est souple, mais les bosses qui s’enchaînent usent les cuisses. Micke pense alors qu’il doit « être raisonnable et vraiment ralentir l’allure pour ne pas risquer de ne jamais voir le 1er étage de la dame de fer ! »

ECT 5En passant à l’observatoire de Meudon, je profite du panorama. D’accord, c’est une excuse pour ralentir un peu car ma fraîcheur musculaire n’est désormais plus qu’un souvenir ! Et le prochain ravitaillement se trouve au kilomètre 55. Heureusement, j’adore cette partie du parcours où le trail et ses sentiers côtoient la ville et ses monuments. C’est avec une fatigue déjà bien présente que la plupart des coureurs arrivent à Chaville pour le ravito. Seul le triptyque infernal composé de Yoann STUCK, Emmanuel GAULT et Nicolas DUHAIL du Team Outdoor Poly y passent à allure TGV ! A ce moment là, Marion DELAGE  mène la danse chez les femmes devant Sylvaine CUSSOT. Le flot des coureurs s’écoulera ainsi sans discontinuer jusqu’à 21h30. C’est la barrière horaire imposée pour passer Chaville, si elle n’est pas respectée, on doit jeter l’éponge.

30997753J’attaque la dernière portion technique. Ca représente un peu plus de 10km avec de nombreux passages forestiers entrecoupés de bitume qui annoncent que nous approchons enfin de Paris. Les jambes se font un peu plus lourdes, les ascensions semblent de plus en plus raides. J’arrive maintenant sur les longues lignes droites du Parc de St Cloud, je commence à avoir beaucoup de mal à relancer sur ces longues portions pourtant roulantes. Une dernière montée très raide nous mène au ravitaillement, il fallait le mériter apparement ! Heureusement je ne suis pas déçu, c’est un véritable banquet, option grand luxe, avec une superbe vue sur Paris en prime. Un bénévole m’interpelle: « Ca semble loin la Tour Eiffel ? Oh oui ! Mais ne vous inquiétez pas, c’est que de la route à partir de maintenant ! » Bon bah me voilà rassuré.

ECT 7Je m’élance sur le dernier tronçon, certainement le plus facile, mais aussi le plus urbain… Mon fils profite donc des derniers mètres de sentiers pour m’accompagner et m’encourager. J’enchaîne avec 10km de bitume sur les quais de Seine. Je serre les dents en attendant de voir la Tour Eiffel surplomber les quais, elle annonce les derniers efforts à fournir pour grimper son premier étage. Et ce n’est pas une mince affaire après 80km dans les pattes !

6h51. C’est mon temps. Je suis loin des 5h22 qui offrent la victoire à Nicolas DUHAIL. Pas surprenant vu son excellent début de saison (2nd aux 42km du MaxiCross de Bouffémont, Vainqueur des 50km du Trail des villes royales, ndlr), mais tout de même impressionnant compte tenue du plateau d’athlète en lice ce jour là. Le podium masculin est complété par Yoann STUCK et Emmanuel GAULT, dans l’ordre. Chez les femmes, c’est Sylvaine CUSSOT qui s’impose avec un magnifique finish en 6H50 devant Marion DELAGE et Sylvie HASCOET.

ECT 9

De son côté, Micke viendra à bout du périple en 12h24 : « La rencontre d’un groupe de bourguignons et de Florence et Bérangère au 50e km a été salvateur. Nous nous sommes motivés mutuellement pour pouvoir tous finir la course dans de bonnes conditions. Et nous avons franchi cette ligne avec une joie indescriptible ! » Même si ce n’était pas toujours facile, c’est avec plaisir que nous avons parcouru cet EcoTrail 2016. Et c’est aussi le cas de quelques copains dont nous avons eu envie de saluer les performances:

  • David WAMSTER >> 8en 6h08
  • Ludovic DILMI >> 10en 6h21
  • Damien VIERDET >> 12en 6h22
  • Rodolphe HAROUTEL >> 13en 6h22
  • Laurent DESMET >> 26e en 6h45

Photos: Lionel LETERME pour Wondertrail

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here