Championnats de France de trail long Montgenèvre

0
580

Aurélien Dunand-Pallaz s’est adjugé pour la première fois de sa carrière les championnats de France de trail en dominant la course longue de bout en bout ce samedi autour de Montgenèvre. Chez les femmes, Maryline Nakache a profité des défaillances de Claire Mougel et Lucie Jamsin pour coiffer sa première couronne nationale au terme d’une course à rebondissements.

En plus du vent qui a par moment saisi les coureurs sur les 67 kilomètres du parcours très montagneux de la course, c’est un souffle de fraîcheur qui a balayé Montgenèvre et les sentiers du Briançonnais ce samedi. Cinq des six médaillés de la journée n’avaient, jusqu’alors, jamais eu la chance de monter sur le podium des championnats de France de trail. Aurélien Dunand-Pallaz (Courchevel Sports Trail Outdoor) était bien monté sur la plus haute marche de la boîte en 2013 à Gap, mais c’était alors dans la catégorie espoirs.

De retour sur les championnats de France après quatre ans d’absence, il a pris les commandes de la course d’entrée de jeu, et a pu compter pendant près de quarante kilomètres sur le soutien et les relais de Thibaut Garrivier (Entente Sud Lyonnais). Le troisième du récent Madeira Ultra Trail a ensuite fait la différence dans la montée vers le col de Chaudemaison pour s’envoler en solitaire. « J’ai vu que Thibaut perdait cinq puis dix mètres, et j’ai donc accéléré progressivement. C’est exactement là que j’avais prévu de faire mon effort, donc c’était le scénario idéal pour moi », avouait-il après avoir franchi la ligne d’arrivée. Habitué à l’altitude, dans un championnat qui ne s’était jamais couru aussi haut, le jeune homme de 26 ans avait parfaitement préparé son affaire depuis un mois, en reconnaissant notamment une bonne partie du parcours.

Bringer refait surface
Bien lui en a pris, puisque ce premier titre national chez les grands ouvre  en grand, à Dunand-Pallaz, les portes de l’équipe de France pour les prochains championnats du monde au Portugal en 2019. « Je savais que le premier de la course aurait son ticket pour l’an prochain, mais une seule place en jeu, cela fait beaucoup de déçus à l’arrivée. Donc je visais d’abord le podium, et je suis super content d’avoir gagné. Les Mondiaux, c’est encore loin, mais ça fait envie. Je serais très fier de porter le maillot bleu ! »

Il devance d’un peu plus de quatre minutes le revenant Patrick Bringer, de retour à la compétition trois ans après avoir pris sa retraite dans la foulée de son titre national en 2015. Le Clermontois a pris un départ prudent, avant de revenir progressivement sur son camarade de club Romain Maillard, longtemps troisième avant d’abandonner après la mi-course, et de finir en trombe. « Quand j’ai vu le parcours proposé, comme on n’en voit vraiment pas souvent, cela m’a donné envie de re-signer (une licence). J’ai eu une prépa, ou plutôt un ersatz de préparation, très compliquée, et je pense que j’étais moins fort que beaucoup des gars du top 10 aujourd’hui. Au départ ce matin, le podium était inenvisageable pour moi. Je l’ai fait à l’expérience. Cette deuxième place vaut toutes les victoires, et j’en suis très, très fier », rembobinait au micro du speaker le double médaillé de bronze des championnats du monde, également champion de France masters ce samedi.

Exténué, Thibaut Garrivier a tout de même réussi à sauver sa place sur le podium, à neuf minutes de son compère de début de course. Le trailer de l’Entente Sud Lyonnais devance finalement Gautier Airiau (Méribel Sports Montagne), et le lauréat de la course open Nicolas Piannet (Volodalen), qui n’était pas encore licencié lors de sa course qualificative. Epatant septième au scratch, Nathan Jovet (AS Course à pied Veo 2000) a terminé premier chez les moins de 23 ans.

Nakache au pays des rêves
La course féminine a connu une fin de course aussi palpitante que le début de course était prévisible. Rapidement, les deux internationales Lucie Jamsin et Claire Mougel ont pris la poudre d’escampette en tête. La sociétaire de d’Athlé Saint-Julien 74 a néanmoins vu la Vosgienne du CO Haute-Moselotte lui prendre du temps dans la descente du Chaberton, point culminant du parcours à 3100 m, et a dû mettre la flèche au trentième kilomètre. Comptant jusqu’à huit minutes d’avance, la médaillée de bronze des derniers Mondiaux semblait lancée sur des rails vers un premier bouquet aux France. C’était sans compter sur « un coup d’éclat terrible », un peu avant le cinquantième kilomètre. Au jus évaporé s’est ajouté quelques bobos au niveau des pieds, consécutifs à sa participation à la Pierra Menta été la semaine dernière et pas tout à fait guéris. « D’un coup, il y a tout qui lâche, la tête, les jambes. C’est là qu’on se rend compte à quel point une telle course est dure ! », lâchait Claire Mougel, éreintée, après son arrivée.

Alors que Mélanie Rousset et Camille Bruyas étaient jusque-là les plus proches de la Vosgienne, c’est une troisième larronne qui venait tirer les marrons du feu. Maryline Nakache, toujours placée dans le top 6 jusqu’alors, revenait de l’arrière pour récupérer le leadership au moment d’attaquer le money time. Une surprise pour celle qui n’avait pas prévu d’être invitée à pareille fête. « Je suis restée à mon rythme tout le long, et j’ai repris quelques filles. A un moment donné, on m’a dit que la première n’était qu’à quatre minutes, mais je trouvais ça énorme. Quand je l’ai doublée, j’ai commencé à me dire : ‘’Ah ouais, quand même !’’ Au début, j’avais peur que les autres reviennent, mais quand j’ai vu que je prenais de l’avance, ça m’a rassurée. Je ne m’attendais pas du tout à gagner aujourd’hui, je suis super heureuse ! », pouvait-elle savourer une fois la médaille autour de son cou. La voilà désormais sélectionnable en équipe de France, « un autre de [s]es rêves. »

La deuxième place est revenue à Camille Bruyas (Domincaine Athlétisme), après un duel acharné dans les Gondrans, la dernière bosse de la journée, avec Mélanie Rousset (Taillefer Team Trail). La jeune Réunionnaise et l’Iséroise n’ont pas manqué de se congratuler lors de leurs retrouvailles dans l’aire d’arrivée, avant de souligner de concert la beauté du parcours et la qualité de la bataille qu’elles s’étaient livrée. La médaille de bronze de Rousset s’accompagne de l’or chez les masters, alors que Claire Mougel a pris la quatrième place, juste devant Claire Nedelec (AC de l’Entre Deux). Douzième au scratch, Gaëlle Decorce (ASPTT Clermont) s’est offert la palme chez les espoirs.

Avec 35h50′ c’est le club de Taillefer Trail Team qui remporte le titre de champion de France par équipes (addition des temps avec au moins une femme). La deuxième marche du podium est prise par le Clermont Athlétisme Auvergne (35h53). Le Méribel Sport Montagne termine troisième avec 36h05.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here