TEST-Haut technique manches longues de chez Dry Heat.

    0
    259
    DryHeat

    « Le confort et la protection au service de l’extrême »

    La pratique du ski de randonnée et des sports d’hiver nécessite un équipement spécifique. Dans cette discipline, le skieur est amené à se déplacer pendant de longues heures, quitte à bivouaquer, dans des conditions extrêmes (neige, vent, froid …). Le haut technique Dry Heat, conçu pour affronter des amplitudes de températures assez larges permet d’évoluer confortablement lors des sorties à skis et complète ainsi l’équipement du skieur.

    Présentation

    Dry Heat est une marque italienne, créée en 1998, à Modène par l’entreprise Athesis. Largement distribuée en Europe par le groupe Eurosports Diffusion qui possède également la marque phare Lhotse 8516 m. Dry Heat propose une gamme de vêtements techniques pour les activités comme le ski, le snowboard, le ski de randonnée, les sports de glace mais aussi le vtt, la randonnée, le trail running et même le golf.

    « La ligne de vêtements Dry Heat est entièrement fabriquée en Italie. »

    Le fondateur, Monsieur Dareggi, s’est attaché à utiliser comme matériau principal, le polypropylène (PP), grâce à la technologie DH Tech. Il a conçu ainsi une gamme de textiles de très haute performance.

    La marque a également lancé une collection « lifestyle », apportant ainsi, en toutes saisons, une réponse unique aux besoins de confort et de chaleur des pratiquants de sports outdoor.

    Fiche technique

    page17image7280
    • Haut manches longues « D3/B530 » demi-zip (existe aussi avec un zip long) ;
    • Couleur : vert fluo ou noir ;
    • Taille testée : L ;
    • Tailles disponibles : S à XXL ;
    • Principaux matériaux : 65 % PP (Polypropylène) 33 % PA (Polyamide/Nylon) 2 % EA (Elasthanne) ;
    • Température d’utilisation : -20 °C à +20 °C ;
    • Poids : 400 g en taille L ;
    • Existe en deux coloris: noir et vert fluo
    • Prix : 119,90 euros (139,9 euros avec le zip long).

    Premières impressions

    En sortant le haut technique de son sac, ce qui me frappe tout d’abord est la couleur vert fluo du textile. Avec cette couleur on est sûr d’être bien repéré en montagne. Je suis ensuite interpellé par le dessin sur le vêtement, qui semble représenter une toile d’araignée et me fait penser instantanément à Spiderman (l’homme araignée à l’assaut des montagnes …).

    « À y regarder de plus près, il s’agit plutôt d’une représentation en trois dimensions d’un vortex. »

    DryHeat

    Le textile apparaît extrêmement doux au toucher et son épaisseur évoque tout de suite une sensation de confort comme si j’étais assis devant le feu de l’âtre d’un chalet de montagne. Je remarque que le tissu est aussi très extensible et assez résistant. Le vêtement doit donc se porter très près du corps, sans doute pour éviter la déperdition de chaleur corporelle.

    Le haut Dry Heat me semble donc parfait pour affronter l’hiver et pratiquer mes activités favorites (ski, ski de randonnée, ski nordique et autres).

    En pratique

    DryHeat

    La saison d’hiver commençant à battre son plein

    Il était temps de chausser les skis de randonnée,  pour une sortie dans les Alpes suisses. C’était alors l’occasion parfaite pour tester le haut technique, manches longues de chez Dry Heat. Le vêtement allait-il me permettre de partir sereinement et confortablement pour l’ascension du Stellibodenhorn et du Stotzigen Firsten. Deux sommets, culminant respectivement à 2988 et 2750 mètres, dans le nord des Alpes Suisses ?

    DryHeat

    Au programme, deux jours de ski de randonnée, dans le canton Suisse d’Uri, bordant les cantons de Bern, du Valais et des Grisons, avec nuit en refuge (la Rotondohütte) à 2500 mètres d’altitude. Le départ de la première journée s’effectue de Realp, non loin de la station de ski d’Andermatt.

    La température extérieure est de -15 °C.

    C’est largement supportable, car en plus du haut Dry Heat qui me colle au corps, comme une seconde peau, j’ai une veste de montagne  assez légère. Les premières montées en pente douce se font sans encombre, je ne suis pas gêné car le textile s’adapte parfaitement à mes mouvements. Je commence à avoir chaud, les montées se font un peu plus pentues et le soleil pointe son nez. Je fais une petite pose pour retirer une couche.

    DryHeat

    Pendant la montée, le vêtement est bien maintenu. L’élasticité de celui-ci donne vraiment une sensation de confort. Malgré l’effort, je reste au sec même avec un sac sur le dos. L’arrivée au refuge se passe sans encombre. Il nous reste 400 m de dénivelé,  avec des pentes plus importantes pour atteindre la Leckipass (petit col d’altitude). L’effort est plus contraignant mais le haut technique Dry Heat s’y adapte bien. Mon blouson est toujours dans le sac. Le textile me protège bien et m’empêche de me refroidir. Une dernière ascension avec les crampons et c’est le retour au refuge pour se restaurer et préparer la deuxième journée de randonnée.

    Le lendemain, le temps est un peu plus couvert, avec quelques éclaircies mais le haut technique me tient toujours au chaud. J’ai l’impression que ma température est bien régulée. Cela me permettra d’effectuer sans problème et confortablement les dernières heures restantes.

    DryHeat

    En détail

    Le polypropylène, principal matériau constituant le haut Dry Heat, confère  au tissu des caractéristiques inégalables en matière d’élasticité, de confort et de tenue. En plein effort, cela permet d’évacuer rapidement l’humidité produite par le corps, même lors de périodes de froid intense. Le corps est ainsi maintenu au sec.

    Les vêtements en polypropylène sont aussi particulièrement résistants aux salissures qui ne pénètrent pas de façon capillaire dans les fibres.

    La technologie DH Tech, utilisée par Dry Heat procure d’autres avantages pour la pratique des activités extérieures comme le ski de randonnée, le snowboard ou le trail running :

    • La haute respirabilité
    • L’isolation thermique
    • La thermorégulation corporelle
    • La compacité
    • La légèreté
    DryHeat

    Le textile est aussi traité pour être bactériostatique, hypoallergénique, antibactérien et anti-odeur. Il résiste à l’abrasion, empêche la formation de peluches et est hydrofuge (imperméable). Il est donc particulièrement bien adapté à la pratique  intensive des sports extrêmes.

    De plus,  les vêtements Dry Heat sont faciles d’entretien et sont très résistants. Les couleurs ne ternissent pas et restent brillantes.

    Un vêtement fabriqué en polypropylène sèche rapidement et n’a pas besoin d’être repassé.

    En conclusion

    Le haut technique Dry Heat possède tous les avantages pour pratiquer le ski de randonnée ou les sports d’hiver. Il permet d’évoluer dans les conditions extrêmes de température et assure un confort que j’ai rarement rencontré lors de sorties de plusieurs jours en ski de randonnée. Cela en fait l’accessoire indispensable du skieur débutant ou confirmé.

    DryHeat